Finances publiques: les libéraux ont déjà perdu le contrôle, dit Ambrose

La chef par intérim du Parti conservateur, Rona... (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick)

Agrandir

La chef par intérim du Parti conservateur, Rona Ambrose.

La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le gouvernement Trudeau vient à peine d'être porté au pouvoir qu'il a déjà perdu le contrôle des finances publiques, a soutenu mercredi la chef de l'opposition par intérim, Rona Ambrose.

Les libéraux, qui ont promis des déficits « modestes » frisant les 10 milliards de dollars par année durant les trois premières années afin d'investir massivement dans les infrastructures pour soutenir l'économie, vont refiler la note aux contribuables et aux familles de la classe moyenne, a ajouté Mme Ambrose, dans un discours devant le caucus conservateur réuni avant la reprise des travaux parlementaires de jeudi.  

« Les libéraux sont déjà en train d'aligner les déficits et de se lancer dans de nouvelles dépenses sans compter. Les contribuables méritent d'avoir quelqu'un qui va défendre leur intérêt et protéger l'argent qu'ils gagnent durement. Le Parti conservateur du Canada est le seul parti à Ottawa qui va faire cela », a soutenu Mme Ambrose.

« Cela n'a pas pris de temps aux Canadiens pour constater la voie que veulent emprunter les libéraux. Alors que les conservateurs ont maintenu un faible fardeau fiscal, ont équilibré le budget et ont créé un surplus, les libéraux promettent d'augmenter les taxes et les impôts, de retourner en déficit budgétaire afin de contrer une récession qui n'existe même pas et de soutenir une classe moyenne qui ne s'est jamais aussi bien portée », a-t-elle ajouté.

Mardi, Statistique Canada a rapporté que l'économie canadienne avait connu une croissance réelle annualisée de 2,3 % de juillet en septembre, signalant que la récession technique survenue au cours des six premiers mois de l'année avait été moins profonde que les premières évaluations ne l'avaient indiqué.

« Mais les libéraux n'ont même pas attendu que ces chiffres soient connus avant de replonger le pays dans l'ornière des déficits en augmentant les dépenses pour le reste de l'année. Des dépenses qui ne pourront être payées qu'avec des taxes plus élevées pour les familles d'aujourd'hui et une dette plus lourde pour les générations à venir. Les libéraux sont incapables de dire non», a martelé Mme Ambrose.

Devant ses troupes, Mme Ambrose a aussi vertement critiqué la décision du gouvernement libéral de Justin Trudeau de rapatrier au pays les six avions de chasse CF-18 qui participent aux frappes aériennes contre des cibles du groupe armé État islamique en Irak et en Syrie malgré les attentats terroristes de Paris.

«Notre travail en tant que conservateurs est de rappeler au gouvernement que parfois que se battre contre un tel ennemi est la chose juste à faire. Nous allons aussi rappeler aux libéraux que les droits de la personne demeurent de beaux mots sur un bout de papier si vous n'êtes pas prêts à vous battre pour les protéger et à être solidaires de vos alliés », a-t-elle dit.

«Je n'ai aucun doute que nous allons être l'opposition la plus forte que les Canadiens et les Canadiennes ont jamais vue. Notre priorité absolue sera de défendre les contribuables canadiens », a-t-elle aussi affirmé.

Les libéraux reviennent sur leur promesse

 La promesse électorale des libéraux de maintenir les déficits annuels sous la barre des 10 milliards $ ne fait apparemment plus partie des priorités économiques du nouveau gouvernement.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a en effet évité d'aborder ce sujet, mercredi, en annonçant que les libéraux se concentreraient sur trois engagements énoncés durant la campagne, soit l'investissement dans les infrastructures, la réduction du rapport dette-PIB et le retour à l'équilibre budgétaire au cours de la quatrième année de leur mandat.

M. Morneau a toutefois esquivé les questions portant sur les déficits.

Mardi, le directeur parlementaire du budget avait prévenu que le gouvernement était en voie de se retrouver avec des déficits annuels beaucoup plus élevés que prévu.

Le ministre des Finances a récemment publié une mise à jour financière disant que l'état des finances publiques s'était détérioré en raison de l'incertitude économique mondiale et de la chute du prix des matières premières.

Durant la campagne, le chef libéral Justin Trudeau avait promis des déficits annuels inférieurs à 10 milliards $ pour 2016-2017 et 2017-2018 à moins que la situation économique ne se dégrade de manière importante.

- La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer