Cabinet Trudeau: le tiers des femmes sont des ministres «déléguées»

Cinq des 15 femmes nommées au sein du... (Photo Adrian Wyld, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Cinq des 15 femmes nommées au sein du cabinet de Justin Trudeau sont en fait des ministres déléguées.

Photo Adrian Wyld, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Le tiers des 15 femmes nommées au Conseil des ministres du gouvernement Trudeau mercredi sont en fait des ministres « déléguées », soit des ministres traditionnellement appelées « ministres d'État » ou plus communément « ministres juniors ». Aucun homme ne se retrouve dans cette position.

Ces informations sont contenues dans des décrets publiés sur le site internet du Conseil privé, qui donnent plus de détails sur les rôles et les fonctions des membres du nouveau cabinet libéral qui ont prêté serment mercredi.

Le nouveau premier ministre Justin Trudeau a présenté en grande pompe à Rideau Hall ce premier conseil des ministres fédéral de l'histoire du Canada où la parité hommes-femmes a été atteinte, conformément à sa promesse électorale. Il a nommé 15 hommes et 15 femmes.

Lorsqu'une journaliste lui a demandé pourquoi cette parité hommes-femmes était si importante pour lui, M. Trudeau a répondu : « Parce que nous sommes en 2015. » Sa réponse a été reprise par des médias d'un peu partout, dont le New York Times.

Or, selon ces décrets, cinq de ces 15 femmes sont en fait des ministres déléguées à un autre ministre, « afin qu'elle lui prête son concours dans l'exercice de ses responsabilités ».

Traditionnellement, de tels ministres sont appelés « ministres d'État », mais ce titre a aussi été radié de leur titre officiel selon ces décrets, qui maintiennent néanmoins que ces femmes sont « déléguées » à un autre ministre.

Par exemple, dans le cas de Bardish Chagger, jeune Ontarienne nommée ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, on peut lire : « Le Gouverneur général en conseil délègue l'honorable Bardish Chagger, ministre d'État devant porter le titre de ministre de la Petite Entreprise et du Tourisme, auprès du ministre de l'Industrie afin qu'elle lui prête son concours dans l'exercice de ses responsabilités. »

DES INFORMATIONS ABSENTES DANS LES DOCUMENTS

Toutes ces informations étaient absentes dans les documents rendus publics par les libéraux mercredi et remis aux journalistes.

Les quatre autres femmes visées par des décrets les « déléguant » ainsi auprès d'un autre ministre sont Marie-Claude Bibeau, députée des Cantons-de-l'Est nommée ministre du Développement international et de la Francophonie, Carla Qualtrough, responsable des Sports et des Personnes handicapées, Patricia A. Hajdu, à la Condition féminine, et Kirsty Duncan, aux Sciences.

Deux sont déléguées au ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Singh Bains, deux à la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, et une, Marie-Claude Bibeau, au ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion. Dans le cas de Mme Bibeau, cette délégation ne semble porter que sur le volet « Francophonie » de ses responsabilités, qui incluent aussi le Développement international.

Le gouvernement libéral a indiqué tard en fin de soirée que tous les ministres sont membres à part entière du cabinet et qu'ils seront rémunérés en conséquence.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer