Les conservateurs recrutent le maire de Victoriaville

Le maire de Victoriaville Alain Rayes.... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire de Victoriaville Alain Rayes.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré les pressions de certains maires qui souhaitent le voir poursuivre sa carrière dans le monde municipal, le premier magistrat de Victoriaville, Alain Rayes, portera les couleurs du Parti conservateur aux prochaines élections fédérales dans la circonscription de Richmond-Arthabaska.

M. Rayes, qui est maire de Victoriaville depuis 2009 et occupe aussi les fonctions de deuxième vice-président de l'Union des municipalités du Québec depuis deux ans, doit confirmer ses intentions lundi prochain, a appris La Presse mercredi.

Après avoir recruté dans le monde du journalisme (Pascale Déry, ancienne journaliste-présentatrice à TVA), le monde des affaires (Éric Girard, ancien haut dirigeant de la Banque Nationale) et la Coalition avenir Québec (Gérard Deltell), les conservateurs de Stephen Harper se tournent maintenant vers le monde municipal pour augmenter leurs chances de faire des gains au Québec lors des élections du 19 octobre. À partir du prochain scrutin, le Québec comptera 78 sièges à la Chambre des communes sur un total de 338.

« Pour nous, c'est une candidature importante, car c'est un pilier du monde municipal et il est beaucoup apprécié par ses pairs », affirme-t-on dans les rangs conservateurs.

Père de trois enfants et âgé de 43 ans seulement, M. Rayes a été élu pour la première fois à la tête de sa ville natale en 2009 en obtenant 62,7 % des suffrages. Il a été réélu par acclamation en 2013. Avant d'être élu à la mairie, M. Rayes a occupé différents postes de direction d'écoles primaires et secondaires.

« Alain Rayes croit à une gestion rigoureuse des fonds publics. Il croit aussi qu'il est préférable de laisser le plus d'argent possible dans les poches des contribuables. C'était sa philosophie comme maire, et c'est aussi notre philosophie », a soutenu une source conservatrice.

À l'heure actuelle, le député André Bellavance représente la circonscription de Richmond-Arthabaska à la Chambre des communes. Mais M. Bellavance, qui a été élu sous la bannière du Bloc québécois aux élections de 2004, 2006, 2008 et 2011, a quitté la formation souverainiste en août 2014 et n'a pas l'intention de briguer les suffrages au prochain scrutin. M. Bellavance a quitté le Bloc québécois deux mois après avoir perdu la course à la direction du parti aux mains de Mario Beaulieu en s'inscrivant en désaccord avec la démarche résolument indépendantiste du nouveau chef.

La circonscription de Richmond-Arthabaska a aussi été représentée à la Chambre des communes par le député progressiste-conservateur André Bachand de 1997 à 2003. Dans les rangs conservateurs, on estime qu'il existe un « fond bleu » et que le candidat Alain Rayes a de bonnes chances de remporter la victoire. D'autant plus qu'il pourra vraisemblablement compter sur l'appui d'organisateurs de sa machine qui l'a aidé à devenir maire de Victoriaville.

À cet égard, M. Rayes pourrait donc emprunter la formule du ministre des Affaires intergouvernementales Denis Lebel, qui était maire de Roberval avant de se faire élire à la Chambre des communes à la faveur d'une élection partielle, en septembre 2007.

Dans les rangs conservateurs, on estime d'ailleurs que la décision d'Alain Rayes de faire le saut sur la scène fédérale est le fruit de la campagne de séduction menée par Denis Lebel, qui est aussi le lieutenant politique de Stephen Harper au Québec, auprès de certains candidats potentiels depuis la mi-août 2014.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer