PLC: Mélanie Joly se présentera dans Ahuntsic-Cartierville

Mélanie Joly... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Mélanie Joly

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Après avoir nié à plusieurs reprises vouloir faire le saut en politique fédérale, Mélanie Joly a annoncé mardi son intention de briguer l'investiture libérale dans la circonscription d'Ahuntsic-Cartierville.

L'ancienne chef du parti Le Vrai Changement pour Montréal en a fait l'annonce par communiqué de presse. Elle devient ainsi la huitième candidate libérale à briguer la faveur des militants et ainsi espérer voir son nom sur le bulletin de candidatures lors du prochain scrutin fédéral, prévu pour le mois d'octobre.

Les rumeurs entourant l'arrivée de Mme Joly dans la course ont été accueillies par les autres candidats la semaine dernière par une mise en garde lancée au parti de respecter ses propres règles. Le chef libéral Justin Trudeau a promis de tenir des assemblées d'investitures ouvertes dans chaque circonscription et de ne pas s'ingérer dans le processus de sélection.

À plusieurs reprises au cours des derniers mois, des militants et candidats se sont plaints de l'ingérence du bureau du chef et des hautes instances du parti, et ce, à travers le Canada. Un candidat défait dans la région d'Ottawa, David Bertschi, a même déposé une poursuite contre des organisateurs libéraux.

Mme Joly a promis de respecter les règles et justifié son arrivée dans Ahuntsic comme « un retour aux sources » dans une entrevue accordée au Courrier d'Ahuntsic-Cartierville. « Ma mère y habite, elle a été candidate aux élections municipales dans l'arrondissement, mon frère y réside également et j'y ai fait mon école secondaire», a-t-elle déclaré.

Dans son communiqué, elle a dit vouloir être candidate du PLC pour « ramener Montréal à l'agenda des priorités fédérales » ainsi que pour « lutter concrètement contre les changements climatiques et contre les inégalités sociales ».

Le candidat qui sera choisi par les militants de la circonscription affrontera la députée bloquiste devenue néo-démocrate Maria Mourani. Aucune date n'a été fixée pour le scrutin.

Chronologie

Non, peut-être... 

Au cours des derniers mois, Mélanie Joly a dû se défendre à plusieurs reprises de se servir de son passage en politique montréalaise comme d'un tremplin vers la politique provinciale ou fédérale. Voici quelques-unes de ses déclarations passées. 

Novembre 2013

«Je suis là pour rester en politique municipale. [...] Mon intention, c'est de briguer la mairie en 2017.»

Septembre 2014

«La chose publique m'intéresse toujours. À 35 ans, je ne peux pas dire que je ne ferai pas de politique au cours des 35 prochaines années. Mais à court terme, non.» 

Février 2015

«Depuis un an et demi, j'ai refusé toutes les offres d'implication politique tant au provincial qu'au fédéral. Toutefois, j'admets que la pression s'est accentuée récemment et qu'elle n'a jamais été aussi grande. Alors, pour la première fois depuis longtemps, j'y réfléchis.» 

Février 2015

«Ramener Montréal à l'agenda des priorités fédérales, lutter concrètement contre les changements climatiques et contre les inégalités sociales, voilà pourquoi je me porte candidate à l'investiture du Parti libéral du Canada.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer