Exclusif

Denis Lebel sillonnera le Québec afin de séduire les électeurs

Le ministre Denis Lebel compte profiter de sa... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre Denis Lebel compte profiter de sa tournée de 12 jours aux quatre coins du Québec pour faire éclater «les mythes» selon lesquels le Parti conservateur n'a d'yeux que pour le reste du pays.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

(Ottawa) À environ 14 mois des élections fédérales, le Parti conservateur lance déjà une première offensive d'envergure au Québec en prévision du prochain scrutin dans l'espoir de ravir des sièges qui ont basculé dans le camp du Nouveau Parti démocratique (NPD) et du Parti libéral en 2011.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Denis Lebel, revêtira ses habits de lieutenant politique de Stephen Harper au Québec à temps plein à partir du dimanche 17 août, afin de mener une tournée d'une douzaine de jours dans toutes les régions du Québec, a appris La Presse.

Le Parti conservateur assumera tous les coûts liés à cette tournée. Des employés du parti accompagneront M. Lebel pendant qu'il sillonnera le Québec à bord d'une fourgonnette portant les couleurs des troupes de Stephen Harper.

Un site web (www.latourneedelarentree.ca) sera créé afin de détailler la tournée du ministre au quotidien. Une page Facebook et un compte Twitter seront aussi ouverts pour appuyer les sorties de Denis Lebel.

Le Parti conservateur ne détient que 5 des 75 sièges que compte le Québec à la Chambre des communes. Le NPD compte 56 sièges tandis que le Parti libéral en détient 8, le Bloc québécois 4; il y a également 2 députées indépendantes (Maria Mourani et Manon Perreault). Aux prochaines élections, le Québec comptera 78 sièges en tout, soit 3 de plus qu'en 2011. Depuis qu'il a accédé au pouvoir, en 2006, le Parti conservateur n'a jamais détenu plus de 11 sièges dans la province.

Compte à rebours

En lançant cette offensive sans précédent pour un lieutenant politique d'un premier ministre au Québec, les conservateurs confirment que le compte à rebours électoral est bel et bien commencé. Les prochaines élections sont prévues le 19 octobre 2015.

En entrevue à La Presse, M. Lebel a indiqué qu'il souhaite faire éclater «les mythes» selon lesquels le Parti conservateur a fait une croix sur le Québec et n'a d'yeux que pour le reste du pays, notamment l'Ontario et l'Alberta. Il veut aussi prendre le pouls des Québécois à mi-chemin de la saison estivale, entendre leurs préoccupations et leur rappeler que la priorité absolue des conservateurs demeure l'économie et la création d'emplois.

«On veut faire des gains au Québec. Je vais donc à la rencontre des Québécois pour les écouter», a affirmé M. Lebel.

«En 2015, les Québécois vont avoir à faire un choix très clair. Ce sera un choix entre Justin Trudeau, qui veut légaliser la marijuana et qui pense qu'un budget peut s'équilibrer tout seul; Thomas Mulcair, qui voit des complots partout et qui veut augmenter les impôts et les taxes de 21 milliards de dollars; Mario Beaulieu, qui a une seule priorité, la séparation; et Stephen Harper, qui est un grand gestionnaire et qui est reconnu comme un grand leader sur la scène internationale», a ajouté d'un trait le ministre.

M. Lebel a indiqué qu'il ne profiterait pas de sa tournée pour dévoiler le nom de candidats-vedettes qui brigueront les suffrages pour les conservateurs en 2015. Tel n'est pas l'objectif de la tournée. Mais il n'est pas exclu que de futurs candidats soient présents aux événements prévus durant sa tournée.

Dans les rangs conservateurs, on mise sur les talents de communicateur de Denis Lebel pour redorer le blason du parti dans les régions où le message conservateur pourrait être entendu. Ancien maire de Roberval, M. Lebel est vu comme un homme de terrain capable d'établir facilement des liens avec les gens. Il sait aussi ramener les grands enjeux à des questions essentielles comme l'économie et les emplois.

Les stratèges conservateurs estiment en outre que les résultats du scrutin du 7 avril au Québec - l'élection d'un gouvernement fédéraliste ayant comme priorité l'économie, de même que la remontée de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la dernière ligne droite de la campagne - démontrent que tout est encore possible au Québec en 2015. «Ce que le Parti libéral et la CAQ ont énoncé comme priorités durant les élections au Québec, ce sont nos priorités depuis longtemps à Ottawa. Il faut donc l'expliquer et rappeler notre bilan. Avec des élections à date fixe, en octobre 2015, c'est le moment idéal de le faire», a-t-on expliqué.

Le compte à rebours électoral

17 au 28 août

Tournée du Québec de Denis Lebel

18 au 20 août

Caucus du Parti libéral à Edmonton

9 au 11 septembre

Caucus du NPD à Edmonton

15 septembre

Reprise des travaux de la Chambre des communes

Février ou mars 2015

Dernier budget fédéral avant les élections; des réductions d'impôts sont à prévoir

19 juin 2015

Fin prévue des travaux des Communes avant le prochain scrutin

Mi-septembre 2015

Déclenchement des élections

19 octobre 2015

Date du scrutin fédéral




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer