Course à la direction du Bloc: Duceppe pourfend Beaulieu

Gilles Duceppe n'entend pas appuyer l'un ou l'autre... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Gilles Duceppe n'entend pas appuyer l'un ou l'autre des candidats dans la course à la direction du Bloc québécois.

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Bien qu'il refuse de prendre position dans la course à la direction du Bloc québécois, Gilles Duceppe critique vertement le candidat Mario Beaulieu, lui reprochant de manquer de «rigueur» et de tenir des «propos populistes qui attirent le radicalisme».

L'ex-leader bloquiste insiste: il n'entend pas appuyer l'un ou l'autre des candidats dans la course. Mais il n'hésitera pas à répliquer aux critiques formulées par M. Beaulieu sur l'action du parti au cours des dernières années.

«Je suis incapable d'accepter des propos qui manquent de rigueur ou qui ne reposent pas sur une analyse historique solide», a affirmé Gilles Duceppe, hier.

L'ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal souhaite que le Bloc se consacre davantage à la promotion de la souveraineté. Une position qui contraste avec celle de son adversaire André Bellavance, qui propose d'élargir la clientèle du parti et de tendre la main aux électeurs fédéralistes.

Lors d'une entrevue avec le journaliste Gilles Toupin, diffusée sur le site souverainiste Vigile.net dimanche,

M. Beaulieu a promis «la fin du comportement trop complaisant» qui a caractérisé le parti depuis 20 ans. Chef du Bloc de 1997 à 2011,

M. Duceppe n'a pas apprécié ce commentaire.

«Ce sont des propos populistes, sans rigueur, que j'ai beaucoup de difficulté à accepter, a-t-il rétorqué. Ça ne tient pas la route.»

M. Duceppe dit n'avoir jamais caché ses convictions souverainistes au cours de son mandat. Le dernier débat des chefs auquel il a participé, en 2011, a été marqué par plusieurs échanges sur cette question. Il cite aussi Jacques Parizeau, qui a déjà qualifié le Bloc de «fer de lance du mouvement souverainiste».

Moins de temps à Ottawa

L'ex-leader bloquiste s'insurge contre une autre proposition de M. Beaulieu, qui propose que les députés bloquistes passent moins de temps en travaux parlementaires à Ottawa et plus de temps dans leur circonscription à relancer le mouvement indépendantiste.

Puisqu'ils versent la moitié de leurs impôts à Ottawa, les Québécois sont concernés par toutes les activités du gouvernement fédéral, dit

M. Duceppe, y compris celles qui semblent lointaines comme l'agriculture dans l'Ouest canadien. Si le Québec aspire à devenir un pays, dit-il, il n'a pas intérêt à s'opposer en bloc à tous les gestes du fédéral.

«Est-ce qu'il faudrait toujours être contre tout ce qui est proposé à Ottawa et, en même temps, dire qu'on sera des partenaires économiques avec le Canada comme avec les États-Unis? a-t-il demandé. Ça ne tient pas la route. On a beaucoup de choses en commun avec le Canada, comme avec les États-Unis, comme avec la France, comme avec toutes les démocraties du monde.»

Les membres du Bloc choisiront le successeur de Daniel Paillé lors d'un scrutin téléphonique qui débutera ce matin. Quelque 19 000 membres du Bloc québécois ont le droit d'y participer. L'identité du gagnant sera dévoilée samedi.

André Bellavance... (PHOTO PASCAL RATTHÉ, LE SOLEIL) - image 2.0

Agrandir

André Bellavance

PHOTO PASCAL RATTHÉ, LE SOLEIL

LES DEUX CANDIDATS FACE À FACE

André Bellavance

50 ans

Né à Victoriaville

Député de Richmond-Arthabaska

«Notre job à nous, ce n'est pas de prêcher aux convertis. C'est aussi d'aller chercher des personnes qui sont susceptibles de voter en faveur du pays du Québec. Clamer "Indépendance, indépendance" comme slogan, pour moi, ce n'est pas ce qui va faire qu'on va additionner les forces souverainistes.»

Programme

  • Lancer un chantier de réflexion sur la souveraineté réunissant les partis politiques et les organismes militant pour l'indépendance.
  • Changer le message du Bloc. Après avoir attaqué les libéraux et les conservateurs, le parti doit plutôt montrer que c'est le système fédéral qui désavantage le Québec.
  • Demander aux députés bloquistes de s'impliquer davantage dans leurs collectivités, d'être présents à toutes les réunions citoyennes, y compris celles qui ne concernent pas a priori la politique fédérale.
Principaux appuis

  • Les trois autres députés du Bloc à Ottawa, Jean-François Fortin, Louis Plamondon et Claude Patry
  • 27 ex-députés du Bloc, dont Vivian Barbot, Jean-Yves Laforest et Yves Lessard
  • 35 présidents d'association du Bloc
Forces

  • Député expérimenté, il pourra poser régulièrement des questions au gouvernement Harper à la Chambre des communes. Il jouira ainsi d'une visibilité accrue.
  • L'un des seuls rescapés de la débâcle électorale de 2011. Sa circonscription était activement courtisée par le Parti conservateur.
Faiblesses

  • Ne jouit pas d'une importante notoriété.
  • Doit améliorer ses qualités de tribun.
Gaffe passée

  • A suscité un tollé en 2004 lorsqu'il a refusé de distribuer des drapeaux canadiens à un ancien combattant de sa circonscription.

Mario Beaulieu... (Photo Olivier Jean, Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Mario Beaulieu

Photo Olivier Jean, Archives La Presse

Mario Beaulieu 

54 ans

Né à Sherbrooke

Éducateur dans un centre jeunesse

«L'ensemble des partis souverainistes est passé par une période où on a axé nos actions sur une stratégie attentiste. Le temps est venu de modifier nos moyens d'action et de remettre l'indépendance à l'avant-plan et de nous fonder sur une stratégie plus offensive et active par rapport à l'indépendance.»

Programme

  • Demander aux députés d'être plus présents dans leurs circonscriptions pour relancer le mouvement souverainiste, quitte à délaisser les travaux parlementaires.
  • Demander aux élus bloquistes de verser une partie de leur salaire aux organismes civils qui font la promotion de l'indépendance.
  • Augmenter la présence du Bloc dans les cégeps et les universités.
Principaux appuis

  • Bernard Landry, ex-premier ministre
  • Pierre Curzi, comédien, ex-député péquiste
  • Djemila Benhabib, militante anti-islamiste
  • Lucie Laurier, comédienne
  • Forum jeunesse du Bloc québécois
Forces

  • Bien branché sur le mouvement souverainiste montréalais, en particulier le Forum jeunesse du Bloc québécois.
  • Il est intervenu très souvent dans les médias, ce qui en fait une figure relativement connue.
Faiblesses

  • Identifié à l'aile «pure et dure» du mouvement souverainiste, il pourrait avoir du mal à rallier les électeurs modérés.
  • Non élu, il serait privé de la visibilité que procure la participation aux débats aux Communes.
Gaffe passée

  • En 2009, il est intervenu auprès des organisateurs d'une fête de la Saint-Jean-Baptiste pour qu'ils évincent deux groupes anglophones.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer