Élections fédérales à date fixe: une très longue campagne à l'horizon

En principe, la campagne sera lancée officiellement le... (Photo archives La Presse)

Agrandir

En principe, la campagne sera lancée officiellement le 13 septembre 2015, ce qui entraînera une bataille de cinq semaines et des élections le 19 octobre. Mais, dans les faits, la campagne s'ouvrira dès la fin de la session parlementaire de juin 2015.

Photo archives La Presse

(OTTAWA) La prochaine campagne électorale fédérale sera, et de loin, la plus longue des temps modernes si le premier ministre Stephen Harper respecte la Loi sur les élections à date fixe, qui fixe le prochain scrutin au mois d'octobre 2015.

En principe, la campagne sera lancée officiellement le 13 septembre 2015, ce qui entraînera une bataille de cinq semaines et des élections le 19 octobre. Mais, dans les faits, la campagne s'ouvrira dès la fin de la session parlementaire de juin 2015, ce qui donnera au gouvernement de Stephen Harper près de quatre mois pour convaincre les électeurs de lui accorder un quatrième mandat.

«Ceux qui prétendent que le premier ministre va déclencher des élections anticipées au printemps 2015 se trompent. Il va respecter la loi. Cela nous donnera quatre mois pour faire campagne, à partir de juin 2015, car il est évident qu'on ne reviendra pas à Ottawa en septembre avant le déclenchement des élections», a confié à La Presse une source conservatrice.

Dès que la Chambre des communes aura terminé la session du printemps, en juin 2015, les députés et candidats conservateurs pourront commencer à courtiser leurs électeurs, avec en poche le dernier budget du gouvernement Harper. Ce budget sera équilibré et offrira de nouvelles réductions d'impôt aux contribuables.

Les ministres pourront aussi annoncer le financement de projets importants, ce qui pourrait faire pencher la balance en leur faveur dans certaines circonscriptions où la lutte pourrait être serrée.

Mais un proche collaborateur de Stephen Harper, Carl Vallée, soutient que les conservateurs n'ont pas l'intention de se livrer à une orgie de dépenses avant la campagne: «Nous allons maintenir une gestion responsable, celle que nous suivons depuis huit ans. Comme nous l'avons dit à plusieurs reprises, dès que nous aurons atteint l'équilibre budgétaire, nous voulons remettre les surplus aux familles et aux contribuables.»

30 sièges de plus

Aux prochaines élections, la Chambre des communes comptera 30 sièges de plus, soit 338 sièges en tout, afin de tenir compte de la croissance de la population dans certaines provinces. Le Québec se verra accorder 3 sièges supplémentaires, l'Ontario, 15, l'Alberta et la Colombie-Britannique, 6 chacune.

La machine conservatrice s'est déjà mise en branle en prévision des prochaines élections. Près d'une centaine de candidats ont été choisis, soit environ le tiers. Les apparatchiks ont récemment invité les membres du parti à donner généreusement en vue de cette campagne, qui sera la plus «coûteuse» de son histoire. Les dépenses engagées par un parti avant l'ouverture officielle d'une campagne ne sont pas soumises à la limite des dépenses imposées en campagne électorale.

Convaincu que M. Harper tentera de prendre de court les autres partis en déclenchant des élections au printemps 2015, le chef du NPD, Thomas Mulcair, a demandé à ses troupes d'être fin prêtes à des élections générales d'ici à la fin de 2014. Mais selon The Globe and Mail, le NPD n'a pas encore choisi un seul candidat.

Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, soupçonne aussi le premier ministre de vouloir convoquer les électeurs rapidement aux urnes.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer