Exclusif

Immigration Canada a délivré plusieurs visas par erreur

La Marocaine Rachida Iblihi, son mari, ainsi que... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

La Marocaine Rachida Iblihi, son mari, ainsi que leurs deux petits garçons ont tout quitté pour s'installer au pays.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partager

(Ottawa) Le ministère de l'Immigration a délivré des visas par erreur à «une poignée» de demandeurs de résidence permanente et tente maintenant de les joindre en catastrophe pour leur dire de ne pas venir au Canada, a appris La Presse.

C'est ce qui est arrivé vendredi dernier à une famille marocaine, qui n'a appris la révocation de son visa de résidence permanente qu'une fois arrivée à l'aéroport de Montréal. Dans une lettre de mise en demeure envoyée hier, ses avocats menacent le gouvernement canadien de le poursuivre s'il ne revient pas sur sa décision d'ici demain.

«Il ne s'agit pas ici d'invalider un transport de marchandises ou d'animaux, mais plutôt de considérer la vie et le futur d'êtres humains», a écrit Me Pierre Martel.

Vente de tous leurs biens

Après cinq ans d'attente, Rachida Iblihi et son mari ont reçu la bonne nouvelle le 10 octobre, à l'ambassade du Canada de Rabat: ils étaient admis comme immigrants au Canada. Impatients de «partir et de laisser définitivement [leur] vie antérieure au Maroc», les parents de deux jeunes enfants ont quitté leur emploi, retiré leurs enfants de l'école et vendu tout ce qu'ils avaient: meubles, bijoux et voiture.

Mme Iblihi est partie le 16 novembre avec leurs deux garçons, âgés d'un an et demi et six ans. Son mari devait venir les rejoindre trois semaines plus tard.

Or, à leur sortie de l'avion, un agent de l'immigration les a avisés que leur visa n'était pas valide. Il a saisi leur passeport marocain et leur a dit qu'il les recontacterait le jeudi suivant, c'est-à-dire demain.

Depuis, la famille est abasourdie, inquiète et en colère. «Ça ne se fait pas de traiter ainsi des êtres humains et de leur demander d'un revers de la main de retourner vers le néant après avoir suspendu leurs vies pendant cinq ans», a dénoncé Rachida Iblihi dans une lettre adressée au ministre de l'Immigration, Jason Kenney.

Pas un cas isolé

L'ambassade du Canada de Rabat a transmis cette décision au bureau marocain de Me Nadia Barrou, l'avocate en immigration de la famille, jeudi dernier à 15h, soit la veille du départ. Me Barrou affirme qu'elle n'a pris connaissance du message que vendredi - trop tard pour les aviser.

Le message de l'ambassade expliquait que leur propre demande a été rendue inadmissible en raison de changements législatifs adoptés en juillet dans le cadre du projet de loi omnibus C-38. Ces changements avaient pour but d'abolir le retard de milliers de demandes d'immigration qui s'étaient accumulées dans le cadre du programme fédéral des travailleurs qualifiés.

«Par conséquent, les visas d'immigrant qui vous ont été délivrés par inadvertance, à vous et à votre famille, ne sont pas valides, a écrit le Service de l'immigration de l'ambassade. Vous et votre famille n'êtes pas autorisés à venir au Canada pour y devenir des résidents permanents.»

À Ottawa, hier, un porte-parole du ministère de l'Immigration a reconnu qu'il ne s'agissait pas d'un cas isolé. «Il a été porté à notre attention que malgré la fermeture de ces demandes, un nombre restreint de visas a été émis par inadvertance pour des dossiers qui avaient été annulés sous l'effet de la loi», a écrit Jack Branswell en réponse à nos questions.

«Nous tentons d'entrer en communication avec ceux qui ont reçu ces visas pour les aviser de ne pas voyager au Canada», a-t-il ajouté.

Une «situation exceptionnelle»

Au moment de mettre sous presse, le Ministère n'avait pas précisé le nombre de dossiers en cause. «C'est une situation exceptionnelle ne touchant qu'une poignée de dossiers», a affirmé M. Branswell.

Quant au sort de la famille, «la situation est présentement à l'étude», a-t-il dit.

Rachida Iblihi supplie le ministre d'intervenir. «Vous ne le regretterez pas, a-t-elle écrit. Mon époux et moi sommes vaillants et travailleurs. Nos valeurs sont les mêmes que celles des Canadiens.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer