Harper et le chef de l'OTAN discutent de l'Irak et l'Ukraine

Jens Stoltenberg doit rencontrer Stephen Harper lundi.... (PHOTO DANI POZO, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Jens Stoltenberg doit rencontrer Stephen Harper lundi.

PHOTO DANI POZO, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le premier ministre Stephen Harper rencontrait lundi le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, pour discuter de la guerre en Irak et de la crise en Ukraine.

La réunion a lieu quelques jours avant le dépôt prévu d'une motion à la Chambre des communes pour prolonger et élargir l'intervention de l'armée canadienne contre les extrémistes en Irak et possiblement en Syrie.

M. Stoltenberg, un ancien premier ministre de la Norvège devenu le secrétaire général de l'alliance l'an dernier, effectue sa première visite au Canada.

Il a affirmé que la mission de la coalition internationale menée par les États-Unis au Moyen-Orient était importante car la stabilité de cette région est essentielle à la sécurité du reste du monde. Il a ajouté que l'alliance était engagée au Moyen-Orient même si elle ne jouait aucun rôle formel dans la coalition formée par les États-Unis. «L'OTAN s'active pour aider ses partenaires dans la région à stabiliser leur situation, a-t-il dit. Si le Moyen-Orient est plus stable, nous vivrons dans une plus grande sécurité.»

M. Stoltenberg a félicité le Canada pour sa contribution en Irak et aux missions de l'OTAN dans l'est de l'Europe. Le Canada a prêté des avions de combat, une frégate et des soldats pour un exercice d'entraînement.

L'OTAN ne joue pas de rôle dans la guerre contre le groupe armé État islamique, bien que la communauté internationale s'attende à ce que l'alliance militaire contribue à une mission pour entraîner les forces de la sécurité irakienne comme elle l'a fait en Afghanistan. Dans le communiqué de l'OTAN publié après la rencontre, le cabinet de M. Stoltenberg a indiqué que les discussions avaient principalement tourné autour des «implications des actes d'agression de la Russie contre l'Ukraine» et de la crise au Moyen-Orient.

M. Stoltenberg devait aussi donner à M. Harper des informations sur le plan de l'OTAN de créer une unité d'intervention rapide comptant 30 000 militaires et une autre force de haut niveau de préparation. Toutes deux seraient disponibles pour intervenir en cas de crise en Europe.

Dans un communiqué, M. Harper a déclaré qu'il avait réitéré l'engagement du Canada à poursuivre son étroite collaboration avec l'OTAN et ses alliés en ce qui concerne les importants enjeux de défense et de sécurité qui touchent la région euro-atlantique.

Dans ses notes d'information, le cabinet du premier ministre indique qu'en date de 2014, le Canada fournit environ 6 pour cent des budgets de l'OTAN pour l'investissement et les opérations, ce qui en fait le sixième bailleur de fonds en importance parmi les Alliés. Le total des quotes-parts du Canada est d'un peu plus de 180 millions $ pour 2014-2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer