Empoisonnement: la diplomatie russe muette sur les allégations de Cotler

Irwin Cotler est député libéral de Mont-Royal et ancien... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Irwin Cotler est député libéral de Mont-Royal et ancien ministre de la Justice dans le gouvernement libéral de Paul Martin.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Les diplomates russes en poste à Ottawa ont dressé un mur de silence devant les allégations du député libéral de Mont-Royal, Irwin Cotler, selon lesquelles il aurait été empoisonné lors de sa dernière visite à Moscou, en 2006.

Ancien ministre de la Justice dans le gouvernement libéral de Paul Martin, M. Cotler fait partie de la liste de 13 parlementaires et officiels visés par un interdit de séjour en Russie depuis lundi.

En réponse à cette sanction, M. Cotler a publié un communiqué de presse dans lequel il disait voir cette interdiction d'entrer en Russie «comme une médaille d'honneur». Il a aussi affirmé n'avoir «aucun désir de visiter Moscou et de me faire empoisonner comme ce fut le cas lors de ma dernière visite». M. Cotler a expliqué en détail les circonstances entourant cet épisode dans un entretien accordé à La Presse lundi soir.

À l'ambassade de la Russie, à Ottawa, aucun représentant n'a donné suite aux appels et au courriel de La Presse afin de réagir aux allégations du député Cotler, respecté au pays comme à l'étranger comme un grand défenseur des droits de l'homme.

Le chef libéral, Justin Trudeau, a qualifié de «grave» cette affaire, alors que les tensions entre la Russie et les pays occidentaux ont atteint de nouveaux sommets depuis que le régime de Vladimir Poutine a annexé le territoire ukrainien de la Crimée.

«Je trouve que c'est une situation très grave, mais Irwin a vécu pire et il continue d'être un homme extraordinaire au service et de son pays et de la planète, a affirmé M. Trudeau. Je connais M. Cotler depuis bien des années, et je continue à être impressionné par son vécu, par ses histoires, par tout ce qu'il a entrepris dans la lutte qui l'a mené dans tous les coins du monde pour défendre les droits des individus.»

«Malade comme jamais»

M. Cotler a raconté à La Presse qu'il avait été victime d'un empoisonnement après avoir mangé dans un restaurant de Moscou avec un collègue du NPD, Joe Comartin. Les deux hommes avaient mangé exactement la même chose.

«Après le repas, je suis allé visiter des amis à Moscou et j'ai commencé à me sentir mal. Je me suis rendu à mon hôtel, et là j'ai été malade comme jamais dans ma vie. Je me suis mis à vomir du sang. J'ai appelé les responsables de l'hôtel, mais ils étaient surtout soucieux de nettoyer le sang, comme pour qu'il ne reste plus de preuves. J'ai dû appeler l'ambassade canadienne pour avoir un médecin», a-t-il dit.

«J'ai été traité dans un hôpital de Moscou. Les médecins m'ont dit que j'avais été empoisonné, mais pas plus que ça. Ils parlaient russe», a-t-il ajouté.

En 1979, M. Cotler avait été expulsé de l'Union soviétique après avoir défendu Natan Sharansky, un scientifique et dissident russe envoyé au goulag pour «trahison».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer