Coderre refuse que la Loi sur la neutralité religieuse s'applique à Montréal

Denis Coderre... (Photo Simon Giroux, archives La Presse)

Agrandir

Denis Coderre

Photo Simon Giroux, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire Denis Coderre s'oppose à ce que le projet de Loi sur la neutralité religieuse s'applique à la Ville de Montréal, comme le prévoit le gouvernement. Il craint que ces nouvelles règles forcent la métropole à refuser d'offrir des services à une partie de ses citoyens.

«Ce n'est pas au gouvernement quel qu'il soit qui va nous dire comment vont se vêtir nos employés, comment on va rendre nos services», a martelé ce matin le maire lors d'une réunion publique. «La Ville de Montréal est autonome et a sa gouvernance. Tout en étant d'accord avec la question du visage découvert, on n'a pas besoin d'un tuteur pour nous dire comment embaucher nos employés.»

Denis Coderre estime que la Loi sur la neutralité religieuse touchera principalement la Ville de Montréal, où le tiers de la population est immigrante. Il s'est notamment dit mal à l'aise avec la notion de «livraison de service» prévu dans le texte de loi. «Est-ce que ça veut dire que quelqu'un qui se présente en niqab ne pourrait pas monter dans un autobus ?» a-t-il évoqué.

Le maire a tenu à rappeler au gouvernement qu'ils viennent de signer une entente en vertu de laquelle Montréal doit être consultée avant l'adoption de toute loi l'affectant. M. Coderre n'a visiblement pas apprécié que Québec oublie si rapidement son «réflexe Montréal».

L'Assemblée nationale doit entreprendre aujourd'hui l'étude article par article du projet de loi 62 sur la neutralité religieuse. Après avoir longtemps hésité, Québec a finalement décidé que celle-ci s'appliquerait aussi aux villes.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer