La réparation d'une conduite d'égout aurait provoqué des refoulements

Cette photo prise de l'intérieur de l'école Jeanne-Normandin... (PHOTO FOURNIE PAR MICHEL PERREAULT)

Agrandir

Cette photo prise de l'intérieur de l'école Jeanne-Normandin montre l'eau qui monte devant la porte d'entrée de l'établissement.

PHOTO FOURNIE PAR MICHEL PERREAULT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La récente réparation d'une conduite d'égout dans l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension pourrait avoir provoqué un important refoulement, lundi, lors des pluies diluviennes.

Fermée depuis un an, l'école Jeanne-Normandin a subi un important refoulement lundi après-midi. L'eau sortait des lavabos du bâtiment, comme en témoignent les traînées boueuses laissées sur le plancher.

Mais l'eau menaçait aussi à l'extérieur, un refoulement étant survenu sur le boulevard Crémazie. Sur une photo prise de l'intérieur, on peut voir que les flots sont montés devant la porte d'entrée. Même si la photo a été prise alors que l'eau avait commencé à se retirer, le cerne laissé par l'eau boueuse permet de constater l'ampleur de la crue.

Michel Perreault, qui veille sur le bâtiment où il a longtemps travaillé, n'en revenait pas des dégâts causés. Ce résidant du quartier croit que les récents travaux pour réparer une conduite d'égout pourraient être en cause.

Au lieu d'ouvrir la rue pour changer la conduite défectueuse, on a installé à l'intérieur une gaine afin d'en prolonger la durée de vie de 50 ans. Montréal mise de plus en plus sur ce type d'intervention, beaucoup moins coûteuse. Mais voilà, Michel Perreault croit qu'on réduit du même coup la capacité d'absorber l'eau de pluie. 

« Ça a nécessairement rapetissé les égouts, et ce n'est pas ce qu'on souhaite. Si le tuyau est brisé, qu'ils le réparent », dit-il.

La Ville de Montréal reconnaît que les travaux pourraient être en partie responsables des accumulations et du refoulement. Mais pas parce que la capacité de la conduite a été réduite. À la suite des travaux réalisés à la mi-juillet, « il restait un morceau de gaine à couper dans le secteur de l'avenue des Belges et de Crémazie. Il sera coupé demain. Selon l'entrepreneur, ce morceau aurait pu gêner l'écoulement de l'eau lors des fortes pluies de lundi », explique Marie-Ève Courchesne, porte-parole de la Ville de Montréal.

« JE N'AVAIS JAMAIS VU CELA »

La crémerie Chateaubriand, voisine de l'école Jeanne-Normandin, a eu chaud. Au plus fort de la pluie, les quatre voies du boulevard Crémazie devant l'établissement étaient recouvertes d'eau. Les flots avaient même commencé à inonder le stationnement de la crémerie. « Vingt autres minutes de pluie, et l'eau pénétrait dans mon commerce, évalue le propriétaire, Michel Limoges. Ça fait neuf ans que je suis ici, et je n'avais jamais vu cela. »

Le commerçant croit que les travaux risquent d'avoir réduit la capacité de la conduite.

Le commerçant convient que beaucoup d'eau est tombée en peu de temps - 33 mm en une quinzaine de minutes -, mais il estime que le réseau d'égouts devrait être en mesure de recevoir une telle quantité d'eau.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer