Entraves à la circulation: heure de pointe à 22 h 30

À l'est du centre-ville de Montréal, les automobilistes... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

À l'est du centre-ville de Montréal, les automobilistes se sont retrouvés coincés dans une sorte de labyrinthe entre les nombreuses rues fermées ou congestionnées, hier en fin de soirée.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il était passé 22 h, mais le bouchon de circulation qui s'étendait dans les rues du Vieux-Montréal était digne d'une heure de pointe, hier.

Le pont Jacques-Cartier était fermé à cause du feu d'artifice. Des travaux entravaient la circulation sur l'autoroute 720, fermée à certains endroits. Le quadrilatère formé des boulevards René-Lévesque et de Maisonneuve et des rues Berri et De Champlain, qui accueille le circuit de Formule E, était complètement interdit aux automobilistes depuis 19 h.

Résultat : les rues de la Commune, Berri, Saint-Denis, Saint-Antoine et Notre-Dame, le boulevard Saint-Laurent, l'avenue Viger avaient des airs de stationnement aux alentours de l'hôtel de ville de Montréal. Même chose pour l'avenue Papineau vers la Rive-Sud.

« Il y a toujours du trafic avec les feux d'artifice, mais là, c'est pire que jamais à cause de la course. Tout est bloqué », a déploré Amine Missoudi, un chauffeur de taxi.

M. Missoudi avait parcouru quelques mètres à peine en 20 minutes, client à bord.

Même histoire pour Michel Lemieux, qui avait roulé sur moins d'un kilomètre en 30 minutes. Il prenait la situation avec philosophie.

« C'est plate, mais il fait beau. Et la Formule E, j'imagine qu'il y a des bons côtés. »

«C'est trop long»

James Auguste, chauffeur de taxi, a perdu ses clients en pleine course. « Désolé, monsieur, mais c'est trop long », s'est excusé un jeune homme en descendant de sa voiture, boulevard Saint-Laurent.

« Je n'ai jamais vu ça. Pas un mercredi soir, a dit M. Auguste. Qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse ? M. Coderre a décidé ce qu'il veut. »

Les automobilistes se sont retrouvés coincés dans une sorte de labyrinthe entre les nombreuses rues fermées ou congestionnées.

La Presse a mis 40 minutes à parcourir une distance d'environ un kilomètre, pour finalement se retrouver à son point de départ. Nous partions de l'angle du boulevard Saint-Laurent et de la rue Saint-Antoine et tentions de gagner l'est de la ville. Nous avons dû revenir sur nos pas pour changer d'itinéraire.

À partir du centre-ville, difficile aussi de gagner Longueuil ou Brossard, quel que soit le chemin choisi.

Tous les ponts, sauf le pont Victoria, étaient entravés par des travaux. La station de radio Circulation 730 faisait notamment état d'une congestion lourde pour gagner le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer