Une réduction de la vitesse envisagée partout dans l'île de Montréal

La Commission sur le transport de la Ville... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, Archives LA PRESSE)

Agrandir

La Commission sur le transport de la Ville de Montréal presse l'administration Coderre d'aller de l'avant avec la réduction de la vitesse dans l'ensemble des rues de Montréal. Elle propose que la vitesse sur les principales artères passe de 50 à 40 km/h.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, Archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Réduire la vitesse dans l'ensemble des rues et des boulevards de Montréal. Imposer une distance d'un mètre entre les véhicules et les piétons aux intersections. Exiger la pose de barres latérales sur les camions des fournisseurs de la Ville. Un groupe d'élus montréalais propose une trentaine de changements majeurs pour réduire le nombre de piétons et de cyclistes tués ou gravement blessés sur l'île. Tour d'horizon.

Presque tous les camions de la Ville de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, Archives LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Presque tous les camions de la Ville de Montréal sont munis de barres latérales.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, Archives LA PRESSE

UN MÈTRE POUR LES PIÉTONS

La Commission sur le transport de la Ville de Montréal a étudié depuis le début de 2017 les mesures à prendre pour faire de la « Vision zéro » une réalité. Parmi les changements proposés, ce groupe d'élus, issus de toutes les formations de l'hôtel de ville, recommande de demander une modification au Code de la sécurité routière pour imposer une distance minimale d'un mètre à respecter entre véhicules et piétons aux intersections. Cette mesure s'apparente au corridor que les automobilistes doivent respecter sur les routes lorsqu'ils dépassent un cycliste. Le conseiller Marc-André Gadoury, qui siège au sein de l'administration Coderre, explique qu'il s'agit d'une demande de groupes d'aînés selon qui la proximité des véhicules lourds aux intersections suscite un important sentiment d'insécurité.

RÉDUCTION DE LA VITESSE

Les élus pressent également Montréal d'aller de l'avant avec une réduction de la vitesse sur l'ensemble des rues de Montréal. Ainsi, ils proposent que la vitesse sur les principales artères passe de 50 à 40 km/h. Sur les rues résidentielles, elle devrait être réduite à 30 km/h, comme dans les zones scolaires. Cette idée risque fort d'aller de l'avant puisque l'administration Coderre a déjà évoqué cette mesure lorsqu'elle a annoncé souscrire à la Vision zéro, en septembre dernier. Montréal évalue que la probabilité de mort lors d'une collision est de 70 % lors d'un impact à 50 km/h, tandis qu'elle tombe à 25 % à 40 km/h.

« UNE RÉVOLUTION »

« Wow, ça va être une révolution. » Suzanne Lareau, présidente de Vélo Québec, salue cette proposition de réduire de façon généralisée la vitesse dans les rues de Montréal. L'organisation représentant les cyclistes estime que cette mesure s'avérera une mesure hautement efficace pour réduire les collisions mortelles ou avec blessés graves. Encore faut-il que la nouvelle limite soit respectée. « Est-ce qu'on baisse la limite à 40 km/h pour que les gens roulent à 50 km/h, ou vraiment à 40 km/h ? Il faut faire respecter cette vitesse, et pour y arriver, il ne suffit pas de poser un panneau : il faut un réaménagement des rues », poursuit Mme Lareau. C'est d'ailleurs là une autre recommandation de la Commission sur le transport, qui suggère de revoir la configuration des rues en réduisant la taille des voies de circulation.

IMPOSER LE PORT DE LA JUPE

N'ayant pas les pouvoirs pour imposer l'installation de barres latérales sur tous les véhicules lourds circulant sur son territoire, la Ville de Montréal pourrait tout de même l'exiger des entreprises avec qui elle fait affaire. La Commission recommande en effet d'exiger dans les appels d'offres que les camions utilisés par ses fournisseurs soient munis de ces jupes protectrices servant à combler le vide entre les roues avant et arrière. « C'est une très bonne idée de le demander aux fournisseurs, surtout que leur efficacité est démontrée parce que ça empêche les piétons et cyclistes de glisser sous les roues », dit Suzanne Lareau. Marc-André Gadoury ajoute que Montréal a déjà sécurisé la quasi-totalité de ses propres camions par de telles barres latérales et que cette mesure visant les fournisseurs viendrait augmenter le nombre de véhicules lourds munis de jupes circulant dans l'île.

SUIVI AUX RECOMMANDATIONS DES CORONERS

Les élus invitent également Montréal à effectuer un suivi plus serré des recommandations formulées par les coroners à la suite de décès sur ses routes. La Ville devrait rendre public le suivi effectué à chacune des recommandations qui lui sont formulées. La Commission invite aussi la métropole à « analyser plus finement les données de collisions pour faire un portrait plus complet de la sécurité routière ». Elle pourrait ainsi découvrir et intervenir plus efficacement si des correctifs doivent être apportés à la configuration d'une rue.

LIMITER LES CAMIONS À ANGLES MORTS ÉLEVÉS

Enfin, le groupe d'élus recommande à Montréal de s'inspirer de Londres qui a développé un indice pour mesurer la visibilité des véhicules lourds. Celui-ci pourrait ainsi servir à limiter la circulation de camions présentant d'importants angles morts et représentant ainsi un risque accru. Mais comme toutes les recommandations de la Commission, celle-ci devra d'abord obtenir l'assentiment de l'administration Coderre. Marc-André Gadoury indique que le comité exécutif compte répondre rapidement à ce rapport compte tenu de l'importance des enjeux liés à la réduction du nombre de décès et blessés graves dans les rues de Montréal.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer