Circulation autour des chantiers: le privé pour remplacer les policiers?

Montréal entreprend une révision de ses pratiques afin... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

Agrandir

Montréal entreprend une révision de ses pratiques afin de faire diminuer la facture pour gérer la circulation autour des nombreux chantiers dans ses rues.

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Devant la facture croissante pour gérer la circulation autour des nombreux chantiers dans ses rues, la Ville de Montréal entreprend une révision complète de ses pratiques, n'écartant pas le recours au privé. La métropole vient de commander une vaste étude pour déterminer les meilleures mesures dans les autres grandes villes d'Amérique du Nord, une réflexion entreprise alors qu'elle a déjà entrepris une privatisation de la sécurité de ses bâtiments.

DE PLUS EN PLUS CHER

La multiplication des chantiers dans les rues de Montréal coûte de plus en plus cher à la Ville en gestion de la circulation. Lors de la saison des travaux routiers, pas moins d'une centaine de policiers doivent être affectés aux intersections pour éviter les accrochages. En période de pointe, le nombre d'agents peut même parfois atteindre les 200, dit-on au SPVM. En 2015, la facture en heures supplémentaires pour les policiers a été de 8,5 millions plus élevée que prévu. Les résultats ne sont pas encore disponibles pour 2016, mais des prévisions budgétaires publiées en octobre dernier anticipaient une note de 12,4 millions.

PRÉVU DANS LA CONVENTION COLLECTIVE

Réduire cette facture n'est toutefois pas simple. Pour gérer la circulation autour des chantiers, la Ville est en effet tenue de recourir à ses policiers et de les payer en heures supplémentaires, en vertu de leur convention collective. Cette clause avait été prévue pour s'assurer que l'on fasse appel aux agents en dehors de leurs heures régulières et ainsi éviter de nuire aux opérations normales du SPVM. À noter, cette clause s'applique aux chantiers prévus de longue date et non aux situations d'urgence. « S'il y a un problème avec un feu de circulation, une panne, ça va être un policier à temps régulier qui va faire ce travail », explique l'inspecteur Vincent Richer, de la division du soutien aux opérations du corps policier.

RÉVISION DEMANDÉE

Montréal ne prévoyant pas réduire la cadence dans les chantiers avant plusieurs années, la Ville demande à ce que cette tâche ne soit plus réservée aux policiers. « On pourrait avoir une autre catégorie d'employés ou des cadets du SPVM pour remplir ce rôle », estime Lionel Perez, élu responsable des infrastructures de la métropole. Le recours au privé est aussi envisagé, l'élu disant que « tout est sur la table ». La question se trouve au coeur des négociations pour le renouvellement de leur convention collective. « On a plusieurs fois indiqué notre volonté de revoir cela dans la prochaine convention collective », a poursuivi M. Perez. Après des années de blocage, l'élu précise que les négociations ont récemment progressé, la Ville disant avoir senti « une certaine ouverture » à ses demandes.

ÉTUDE DE POLYTECHNIQUE

En parallèle aux négociations, la Ville de Montréal a commandé en février une étude à Polytechnique Montréal pour évaluer les meilleures pratiques en gestion de la circulation. L'étude de 51 000 $ doit évaluer les mesures prises par les autres grandes villes en Amérique du Nord. Parmi les modèles envisagés, Montréal dit suivre de près l'exemple de Vancouver qui a mis sur pied une agence de la circulation à la fin des années 90. « Ces agents s'occupent de diverses tâches de la circulation qui ne sont pas appropriées pour nos policiers », explique Randy Finchman, du service de police de Vancouver. Les 97 auxiliaires gagnent de 22 $ à 26 $ de l'heure, en fonction de leur ancienneté, soit beaucoup moins que des policiers réguliers.

LE SPVM FACTURE DE PLUS EN PLUS SES SERVICES

La Ville de Montréal n'est pas la seule à voir sa note pour la gestion de la circulation augmenter. Des données obtenues par La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information démontrent que le SPVM facture de plus en plus ses services à des entreprises ou organismes publics effectuant des travaux dans les rues de la métropole. En 2013, le corps policier a facturé 2,6 millions pour ses services. La note a atteint les 3,5 millions en 2016. À noter, la majorité des clients du SPVM sont des organismes publics, comme le ministère des Transports, Hydro-Québec ou la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain.

LE SPVM JUSTIFIE LE RECOURS AUX POLICIERS

Malgré les économies que Montréal souhaite faire, le SPVM continue malgré tout à juger qu'il est justifié de recourir à des policiers autour des chantiers. « Le travail de gérer la circulation, c'est de la responsabilité d'un service de police. C'est aussi une question d'efficacité, parce qu'un policier a l'autorité liée à sa fonction. C'est important dans un contexte où il y a beaucoup de chantiers et parfois les automobilistes peuvent être impatients », explique l'inspecteur Richer. Les agents ont aussi une formation spécialisée pour intervenir dans une circulation dense.

VIRAGE PRIVÉ DANS LES BÂTIMENTS

Cette volonté de réduire la facture en gestion de la circulation survient alors que Montréal a entrepris un important virage de privatisation dans la surveillance de ses bâtiments. La métropole vient d'aviser 51 agents de sécurité auxiliaires qu'ils seront mis à pied en juillet. Montréal leur a annoncé avoir lancé un appel d'offres le 15 mars pour embaucher une firme afin d'assurer le gardiennage de huit bâtiments, soit la Cour municipale, ses cinq bureaux satellites, ainsi que deux usines de production d'eau potable. « Les gens sont sous le choc », dit Yves Brisebois, directeur syndical chez les cols bleus. Ces mises à pied représentent une deuxième vague puisque 35 autres agents auxiliaires ont perdu leur emploi depuis novembre 2015. Le syndicat conteste toutes ces mises à pied, disant être prêt à prendre « tous les moyens juridiques possibles » pour les faire annuler.

LES COLS BLEUS VEULENT DES CHIFFRES

La Ville de Montréal évalue à 1 million les économies que ce recours accru au privé lui permettra de réaliser, dans un courriel envoyé à La Presse. Mettant en doute ces chiffres, le Syndicat des cols bleus demande à la Ville de les démontrer. « C'est dommage. Le maire met 40 millions pour illuminer un pont et de l'autre côté il met des pères et des mères de famille dehors sans rien expliquer », dénonce Chantal Racette, présidente des cols bleus. Le syndicat doute d'autant plus des économies anticipées que Montréal affirmait en 2012 que le recours aux cols bleus pour remplacer la firme BCIA dans la surveillance du quartier général du SPVM se faisait « à coût nul ».

- Avec la collaboration de William Leclerc




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer