Pas de virage à droite au feu rouge à Montréal

Le responsable des transports au comité exécutif de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le responsable des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, Aref Salem, a fermé la porte hier à toute possibilité d'introduire le virage à droite au feu rouge.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Le responsable des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, Aref Salem, a fermé la porte hier à toute possibilité d'introduire le virage à droite au feu rouge (VDFR), estimant que cette pratique était incompatible avec l'approche «Vision zéro» préconisée par la métropole en matière de sécurité routière.

Malgré les appels lancés par les maires des 15 autres municipalités situées dans l'île de Montréal, hier, lors des consultations publiques organisées par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), M. Salem a rappelé que dans la métropole, un déplacement sur cinq (20%) est fait à pied ou en vélo, et que cette particularité doit être prise en compte dans les stratégies de l'administration municipale.

«On ne veut pas du virage à droite au feu rouge, a-t-il dit, parce qu'on a déjà adopté une "Vision zéro", et que dans cette vision, le premier principe est d'assurer la sécurité du plus vulnérable. Nous pensons qu'en raison de la spécificité de Montréal, ça peut sauver des vies.»

Confusion

Immédiatement après le passage de M. Salem devant la commission de la SAAQ, les maires des villes de Montréal-Est, Beaconsfield et Mont-Royal, MM. Robert Coutu, Georges Bourelle et Philippe Roy, ont tenté de faire valoir que l'interdiction du VDFR peut créer une confusion chez les automobilistes de la banlieue ou d'ailleurs, qui peuvent tenter une telle manoeuvre sans savoir qu'elle est interdite partout dans l'île.

Selon eux, le VDFR n'est responsable que de 1% des accidents de la route, et n'a été mis en cause que dans six décès survenus au Québec entre 2003 et 2012. Les maires des 15 villes liées estiment ainsi que le virage à droite au feu rouge pourrait être implanté de façon sécuritaire à 60% des intersections avec feux rouges de l'île de Montréal, soit environ 1550 carrefours.

Pour Aref Salem, une telle mesure manquerait de «cohérence» avec les intentions de la Ville de réduire le nombre de victimes de la route à Montréal.

La mise en oeuvre de la Vision zéro, a-t-il ajouté, se fera progressivement à Montréal «avec les réaménagements des rues, des limites de vitesse et une implantation de radars partout [dans les] rues».

Sur ce point, M. Salem a demandé à la SAAQ de recommander au gouvernement du Québec d'accorder une large «autonomie» à la métropole en matière de sécurité routière en raison du grand nombre des piétons et de cyclistes, qui font la spécificité de Montréal.

Il a aussi recommandé que l'approche «Vision zéro», née en Suède, soit étendue à l'ensemble du Québec.

D'autres témoignages

Alcool au volant

L'Association des mères contre l'alcool au volant (MADD Canada) a demandé hier à la SAAQ de recommander l'introduction de suspensions administratives contre les conducteurs qui affichent un taux d'alcoolémie entre 0,05 et 0,08, qui existent dans toutes les provinces du pays sauf au Québec. Une telle mesure avait été envisagée au Québec en 2010. Elle consiste à suspendre immédiatement le permis de conduire du conducteur et à faire remorquer son véhicule à la fourrière, pour un minimum de trois jours, afin de prévenir des accidents, sans que le conducteur écope d'un dossier criminel.

Camionneurs stressés

Le syndicat des Teamsters, qui représente 4000 camionneurs au Québec et 16 000 dans l'ensemble du Canada, a demandé hier à la SAAQ de se pencher sur les pratiques de certains donneurs d'ouvrage (expéditeurs) qui pénalisent les camionneurs lorsque les marchandises sont livrées avec quelques heures de retard, sans égard aux conditions de circulation. Ces pratiques obligent les camionneurs à travailler de longues heures ou à prendre des risques, sur le plan de la conduite, qui peuvent être à l'origine d'accidents tragiques. Selon le syndicat, les camionneurs sont les seuls à devoir en porter le fardeau, au détriment de leur propre santé.

Formation exigée

Le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy, a déploré hier que le Québec n'impose pas une formation obligatoire au personnel des bars et restaurants pour les appeler à intervenir lorsque leurs clients sont ivres et qu'ils s'apprêtent à prendre le volant. En 12 ans, dit-il, les cours élaborés par l'Institut d'hôtellerie ont été suivis par un peu plus de 6000 personnes au Québec, alors qu'en Alberta, plus de 360 000 séances de formation ont été offertes aux serveurs et serveuses de cette province. M. Sacy a aussi demandé que Québec augmente sensiblement les contrôles routiers afin de convaincre les conducteurs de ne pas conduire sous l'effet de l'alcool.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer