L'exode des jeunes familles vers le «450» en hausse

L'Institut de la statistique du Québec estime que... (Photo Olivier PontBriand, La Presse)

Agrandir

L'Institut de la statistique du Québec estime que Montréal a perdu l'an dernier 16 600 habitants, principalement des jeunes familles.

Photo Olivier PontBriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nombre de Montréalais qui ont quitté l'île de Montréal pour s'établir en banlieue a augmenté en 2016. L'Institut de la statistique du Québec évalue que la métropole a perdu l'an dernier 16 600 habitants, principalement des jeunes familles. Signe de l'ampleur de l'étalement urbain dans la région montréalaise, même Laval encaisse pour la première fois une baisse de population au profit des villes plus éloignées de la région métropolitaine.

BILAN NÉGATIF

Chaque année, l'ISQ documente les déplacements des Québécois à l'intérieur de la province. Les données compilées indiquent ainsi que 38 100 Québécois sont venus s'établir à Montréal en 2016. La métropole en a toutefois perdu 54 700 durant cette période, si bien que le bilan sur l'île est négatif. Cette perte de 16 600 habitants, soit 0,9 % de sa population, est en hausse par rapport à l'année précédente, mais reste inférieure à la moyenne observée de 2003 à 2012, où plus de 22 000 personnes quittaient l'île chaque année. À noter, ces chiffres n'incluent pas l'immigration internationale - principale source de croissance démographique pour Montréal -, ni les naissances et décès.

JEUNES FAMILLES

Les données de l'ISQ permettent de constater que Montréal perd principalement des jeunes familles. L'essentiel des pertes se trouve en effet chez les 0 à 14 ans et les 25 à 44 ans. La métropole affiche des gains uniquement chez les 15 à 24 ans, signe qu'elle attire avant tout des élèves et étudiants postsecondaires. « Les pertes chez les 25-44 ans suggèrent que les migrations des jeunes adultes vers Montréal sont souvent de nature temporaire, qu'elles soient suivies d'un retour dans la région d'origine ou de l'installation dans une autre région », note l'ISQ. « Les familles avec enfants ont de la difficulté à se trouver à Montréal, un logement ou une maison qui répond à leurs besoins », se désole Valérie Plante, chef de Projet Montréal.

L'ATTRAIT DU « 450 »

Les Montréalais quittent la métropole essentiellement pour s'établir dans le « 450 », selon les données de l'ISQ. À preuve, sur les 16 610 Montréalais l'ayant quittée, à peine 250 ont choisi le « 819 » ou le « 418 ».

Où sont partis les Montréalais en 2016?

  • Laval: -4150
  • Lanaudière: -2920
  • Laurentides: -1920
  • Montérégie: -7370
  • Reste du Québec -250
  • TOTAL -16 610

CODERRE VEUT PLUS D'OUTILS

Le maire Denis Coderre souligne que, malgré ces départs vers la banlieue, la population de Montréal continue à croître grâce à l'immigration. Celui-ci dit être préoccupé de voir que 135 000 ménages dans la région consacrent plus de 50 % de leurs revenus à leur loyer. Il a rencontré hier le ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, en prévision du budget qu'Ottawa doit présenter sous peu afin de discuter d'une aide en habitation. « Il faut non seulement donner les outils pour que les gens viennent étudier et travailler [à Montréal], mais aussi pour avoir une qualité de vie », a dit le maire à l'issue de la rencontre.

LAVAL AUSSI EN BAISSE

Pour la première fois depuis qu'elle compile ces données, l'ISQ a observé un bilan négatif à Laval, qui a perdu 180 citoyens au profit des autres régions. La Ville semble ainsi elle-même victime de l'étalement urbain qui touche la région. En effet, si Laval a réussi à attirer 4150 Montréalais en 2016, davantage de Lavallois ont eux-mêmes choisi de quitter l'île Jésus pour s'établir principalement dans les Laurentides et Lanaudière.

Bilan des arrivées et départs à Laval

  • Montréal: +4150
  • Lanaudière: -900
  • Laurentides: -2820
  • Montérégie: -480
  • Reste du Québec: -140
  • BILAN: -180

FORTE BAISSE SUR LA CÔTE-NORD

À l'échelle du Québec, c'est toutefois la Côte-Nord qui a encaissé la plus importante perte démographique, selon l'ISQ. En 2016, 1,6 % de sa population a déménagé dans une autre région, soit tout près de 1500 personnes. Les données indiquent que celles-ci se sont principalement installées dans la région de Québec (610). Cet exode est principalement alimenté par le départ massif des jeunes. En effet, la région a perdu pas moins de 3,5 % de ses jeunes de 15 à 24 ans.

QUÉBÉCOIS MOINS MOBILES

Malgré une légère hausse en 2016, l'ISQ note que les Québécois changent de moins en moins de région. L'an dernier, c'est seulement 2,4 % de la population qui a ainsi déménagé. Ce ralentissement pourrait être lié au vieillissement de la population puisque les gens ont tendance à bouger davantage dans la vingtaine pour ensuite demeurer longtemps au même endroit. Pas moins de 6 % des 20 à 29 ans ont changé de région en 2016, contre à peine 1 % des 65 ans et plus. Soulignons que les données de l'ISQ sont extrêmement précises puisqu'elles sont basées sur les données de la Régie de l'assurance maladie, un fichier constamment mis à jour couvrant 99 % de la population.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer