Le chef du SPVM demande à la SQ de «revoir» des enquêtes

Philippe Pichet... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Philippe Pichet

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le directeur du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) Philippe Pichet a demandé à la Sûreté du Québec (SQ) de «revoir» certaines enquêtes menées par la Division des affaires internes du SPVM. Le maire de Montréal Denis Coderre a qualifié de «troublant et sérieux» le reportage de l'émission J.E. diffusée mardi soir, qui a mené à cette décision du chef Pichet, laquelle a «rassuré» le ministre Martin Coiteux.

Deux anciens officiers du SPVM, Jimmy Cacchione et Giovanni Di Feo, ont soutenu dans ce reportage de TVA que les Affaires internes de la police de Montréal avaient fabriqué des éléments de preuve pour les faire taire, alors qu'ils s'apprêtaient à dévoiler des cas de corruption au sein du SPVM.

«Il y a de la fabrication d'allégations et à partir de ça on initie des enquêtes afin de museler les gens qui ont des choses à dire», a raconté Jimmy Cacchione à J.E.. L'ex-inspecteur-chef Di Feo ajoute dans le reportage que les directeurs adjoints du SPVM en place «connaissent cette façon de faire».

Jimmy Cacchione et Giovanni Di Feo avaient été placés sur écoute électronique par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en raison de leurs contacts avec l'ex-patron de la firme de sécurité BCIA Luigi Coretti, alors accusé de fraude. Suspendus sans solde en juin 2013, les deux officiers supérieurs se sont finalement entendus à l'amiable avec le SPVM en 2014 pour leur fin d'emploi. Un autre ex-policier du SPVM, Roger Larivière, a affirmé à J.E. avoir été pris en filature par les Affaires internes, parce qu'il était sur le point de «révéler que les enquêtes internes ne faisaient pas leur job correctement» et qu'il était soupçonné de parler avec des journalistes.  

Souci de transparence

Dans un courriel envoyé à tous les policiers du SPVM mardi soir et obtenu par La Presse, le chef Pichet se dit «très préoccupé par les informations diffusées» dans le reportage. «Il est important de faire la lumière sur les faits [...] J'ai demandé à la Sûreté du Québec de revoir toutes les enquêtes en lien avec le reportage», indique-t-il. 

En entrevue avec TVA Nouvelles, Philippe Pichet explique avoir contacté son homologue de la Sûreté du Québec Martin Prud'homme à la suite de la diffusion du reportage afin de lui demander «par transparence» de «revoir au moins les trois enquêtes, celles de M. Di Feo, de M. Cacchione et de M. Roger Larivière [...] Je lui ai demandé de revoir toutes les enquêtes et y inclure les faits nouveaux», a-t-il dit. 

Coderre et Coiteux rassurés

Sur Twitter, le maire de Montréal s'est dit «rassuré» par la réaction de Philippe Pichet «qui a agit immédiatement, sans faux-fuyant et demandé à la Sûreté du Québec de faire enquête. Il a tout mon appui».

Le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a également réagi sur Twitter en soirée. «Les faits soulevés par J.E. sont sérieux et méritent une action concrète. Je viens de parler avec Denis Coderre et nous avons convenu qu'il fallait assurer la confiance dans nos institutions et faire la lumière. Tout comme le maire, je suis rassuré par la demande d'assistance du SPVM qui confirme que la Sûreté du Québec mènera une enquête». 

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) ne sera pas appelé à enquêter sur cette affaire, a précisé Martin Coiteux, en réponse à une question sur Twitter du député péquiste Pascal Bérubé. «Pas dans son mandat premier. Expertise sur opération policière causant blessure ou mort d'un citoyen. On en reparle demain [mercredi]», a répondu M. Coiteux.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer