Près de 2000 personnes manifestent contre Trump à Montréal

  • L'une des membres des Mémés déchaînées, Louise-Edith Hébert, a manifesté contre l'élection de Donald Trump samedi après-midi. (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    L'une des membres des Mémés déchaînées, Louise-Edith Hébert, a manifesté contre l'élection de Donald Trump samedi après-midi.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 1 / 7
  •  (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 2 / 7
  •  (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 3 / 7
  • Les Mémés déchaînées étaient présentes à cette manifestation contre l'élection de Donald Trump samedi après-midi. (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    Les Mémés déchaînées étaient présentes à cette manifestation contre l'élection de Donald Trump samedi après-midi.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 4 / 7
  •  (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 5 / 7
  •  (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 6 / 7
  •  (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Des femmes en colère, c'est dangereux ! Des femmes en colère, ça crie : c'est assez ! Est-ce que vous en avez assez ?», a lancé l'animatrice Pénélope McQuade à la foule de plus de 2 000 personnes rassemblées samedi midi au centre-ville de Montréal. Ce Rassemblement des femmes montréalais fait partie du mouvement de solidarité mondiale anti-Trump qui se déroulait en parallèle dans des centaines de villes dans le monde.

Les manifestants s'étaient donné rendez-vous devant l'esplanade de... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Les manifestants s'étaient donné rendez-vous devant l'esplanade de la Place des Arts.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

L'esplanade de la Place des Arts était pleine à craquer vers midi, une heure après le début du rassemblement. La foule était enthousiaste à défaut d'être bruyante. Les manifestants, en grande majorité des femmes, ont ainsi écouté pendant plus de deux heures les nombreux discours féministes, ponctués de performances musicales, notamment celles de musiciens autochtones et des groupes Mémés Déchaînées et Raging Grannies. 

«L'investiture du président Trump est appropriée pour faire un appel à l'action, à se rassembler pour dire que nous veillerons à ce que le vaste pouvoir que détient le gouvernement américain n'est pas d'effet dévastateur sur les droits fondamentaux des femmes est des citoyens. Il faut s'unir et il faut agir !», a urgé Béatrice Vaugrante, présidente d'Amnistie internationale Canada francophone et ambassadrice de l'événement.

«L'homme qui vient de rentrer à la Maison-Blanche n'aime pas les femmes», a tranché la chercheuse Élisabeth Vallet en s'adressant à la foule. La directrice de l'Observatoire de géopolitique de la Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM soutient que les politiques de Donald Trump ont «déjà un impact sur les femmes» et qu'il s'apprête à nuire à l'accès à l'avortement et à nommer un juge conservateur à la Cour suprême.

L'animatrice Pénélope McQuade, qui se qualifie elle-même de «féministe et de femme en  colère» a appelé les manifestantes à se soulever contre les inégalités faites à l'égard des femmes.  «Je reçois de la haine simplement parce que je suis une femme, simplement parce que j'ai une tribune, simplement parce que je parle contre les inégalités», a-t-elle expliqué.

La députée du Parti québécois Catherine Fournier était également présente à la manifestation, aux côtés de sa collègue péquiste Carole Poirier. « C'est important de se mobiliser pour que le droit des femmes ne recule pas. On a fait beaucoup d'acquis depuis des dizaines d'années, mais il faut faire attention. Il faut les chérir, parce que ça peut changer assez rapidement. C'est important de montrer qu'on est là et qu'on va continuer de se battre pour que les femmes soient les égales des hommes dans la société», a-t-elle soutenu, en mêlée de presse. D'autres politiciens ont participé à l'évènement dont le député néo-démocrate Alexandre Boulerice et la chef de Projet Montréal Valérie Plante.

Dans la foule, de nombreuses manifestantes portaient à bout de bras des pancartes féministes et anti-Trump toutes plus originales et percutantes les unes que les autres. Les participants en avaient également longs à dire sur l'arrivée au pouvoir du 45e président américain. « Je trouvais important de rappeler les valeurs pour lesquelles les féministes se sont battues. Le principal danger de la présidence de Trump, c'est de remettre en cause le droit des femmes au travail et à la maternité », affirme Elise Huysmans, une jeune Belge qui réside à Montréal.

« Même si ça se produit aux États-Unis, ça concerne toute la planète », plaide Rayana Speede. La jeune femme noire se dit particulièrement inquiète pour le sort des femmes noires pendant la présidence Trump. « L'impact va être important sur la situation financière des femmes. Les femmes sont moins bien payées que les hommes. Les femmes noires sont doublement frappées. Il faut s'unir pour de meilleures politiques pour les femmes », dit-elle.

De nombreux hommes participent aussi au rassemblement, dont Simon Dumais qui tenait à être présent. « Toute l'humanité est préoccupée par Trump, peu importe qu'on soit un homme ou une femme », soutient-il. « On est ici contre le président Trump et ses politiques. Il veut abolir Obamacare et expulser les immigrants. C'est scandaleux ! On se retrouve 50-60 ans en arrière », déplore Simon Dumais.

D'autre part, la seconde manifestation anti-Trump organisée vendredi par des groupes militants d'extrême gauche s'est soldée dans le grabuge. Une policière atteinte par un objet lancé par un manifestant a été légèrement blessée. Deux vitrines ont été fracassées, dont une du poste de quartier 20 du SPVM. Huit vitrines de commerces ont été visées par les graffiteurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer