Ottawa finance de nouveau le Réseau d'aide aux personnes itinérantes

Le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) regroupe plus de 100 organismes qui viennent en aide aux sans-abri.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

À quelques jours de Noël, le réseau qui regroupe les organismes venant en aide aux personnes itinérantes à Montréal a reçu un cadeau: le rétablissement d'une aide financière dont le gouvernement Harper l'avait privé il y a plus de quatre ans.

Le RAPSIM, le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal, regroupe plus de 100 organismes qui viennent en aide aux sans-abri, qu'il s'agisse d'aide alimentaire, de logement social, d'hébergement ou autre forme de soutien.

L'annonce, jeudi, du fait que le gouvernement fédéral accordera de nouveau un certain soutien financier au RAPSIM a été accueillie avec joie. Pourtant, la somme annoncée, de 75 000 $ pour 15 mois, n'est pas colossale.

Mais elle s'ajoute à une aide de 75 000 $ de la part de Québec et de plus de 100 000 $ de la part de Centraide Montréal, a précisé au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne Pierre Gaudreau, coordonnateur du RAPSIM. Et d'autres sommes sont accordées aux organismes qui viennent en aide aux personnes itinérantes.

«On avait perdu le soutien du gouvernement fédéral il y a quatre ans. Ce n'était pas lié à de la mauvaise gestion ou un mauvais projet. On avait un très bon projet, mais le gouvernement Harper, à l'époque, avait refusé d'apporter un soutien au RAPSIM, même si toutes les étapes - la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec - (avaient été suivies) et que le projet avait été approuvé dans les 15 étapes qui existent», a rapporté M. Gaudreau.

Bien que la somme de 75 000 $ ne vaille que pour 15 mois, le coordonnateur du RAPSIM se dit optimiste pour la suite des choses.

«On a plusieurs indications que le fédéral va annoncer des choses qui devraient être, à bien des égards, intéressantes au niveau du logement et de la lutte à l'itinérance. Et pour nous, ça veut dire effectivement un investissement plus important sur de nombreuses années», a conclu M. Gaudreau.

Les organismes qui viennent en aide aux personnes itinérantes sont, par exemple, Le Chaînon, La Maison du Père et L'Itinéraire. Certains hébergent des gens qui se trouvent à la rue, d'autres ont développé des programmes de réinsertion. Le RAPSIM milite pour que des programmes et mesures soient adoptés pour venir en aide à ces gens dans le besoin.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer