Exclusif

Foufounes électriques: les portiers soupçonnés de rudoyer des clients

Les Foufounes électriques a été convoqué par la Régie... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Les Foufounes électriques a été convoqué par la Régie des alcools, des courses et des jeux, qui évalue «qu'il y a lieu d'enquêter» quant à 44 incidents survenus en quatre ans dans le célèbre bar de la rue Sainte-Catherine.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des allégations d'«actes de violence» et d'utilisation de «force excessive» contre ses portiers forcent le célèbre bar Les Foufounes électriques à se présenter devant la justice, a appris La Presse.

L'établissement a été convoqué par la Régie des alcools, des courses et des jeux, qui évalue «qu'il y a lieu d'enquêter» quant à 44 incidents survenus en quatre ans : «blessures importantes au visage», «coup de poing au visage», «dent cassée», a décrit la police dans ses rapports au fil des ans, selon l'avis de convocation reçu par les Foufounes électriques.

Les 72 «vols» signalés entre janvier 2013 et février 2016, ainsi que de nombreux actes de violence entre clients figurent aussi parmi les motifs qui poussent la Régie à mener une enquête.

L'audience devant la Régie devait se tenir la semaine dernière, mais elle a été repoussée à 2017 en raison de la grève des avocats de l'État québécois, qui touche aussi l'organisme.

En entrevue téléphonique, l'avocat des Foufounes électriques défend le comportement des portiers du bar. «Il faut toujours peser les mots [des plaignants] parce que ce sont toujours des gens qui n'ont jamais rien fait», a ironiquement répliqué Me Hugo R. Martin. «Les portiers, les gens du bar, tous les employés ont une obligation de protéger la clientèle».

Me Martin a ajouté que le bar, «ouvert sept jours par semaine», accueille de grandes quantités de clients et que le nombre de plaintes n'est pas déraisonnable dans les circonstances. Et «une plainte logée et une plainte validée, ce n'est pas pareil du tout».

Le propriétaire du bar, Habibollah Amiri, n'a pas rappelé La Presse.

L'établissement, situé dans la rue Sainte-Catherine, est une institution de la vie nocturne montréalaise depuis le début des années 80. Il occupe une grande superficie sur deux niveaux, en plus d'une terrasse l'été.

«Blessures importantes au visage»

L'avis de convocation détaille le contenu de plusieurs rapports de police rédigés au fil des années.

«Un client se fait pousser dans le dos et reçoit un coup de poing au visage. Tout porte à croire que le coup a été porté par un portier», résume ainsi l'avis de convocation quant à un évènement survenu en décembre 2012. «Le 28 février 2015, les policiers sont appelés pour se rendre sur les lieux pour un homme blessé au nez et inconscient suite à un conflit avec un portier. L'homme est transporté à l'hôpital», ajoute par exemple le document.

Dans certains cas, l'avis de convocation mentionne la version des portiers.

Un portier «prétend s'être défendu uniquement et avoir été agressé en premier par le client», indique ainsi le document quant au cas d'un homme qui « a des blessures importantes au visage». Un homme qui aurait fini la soirée «le visage ensanglanté» était «très agressif et aurait craché au visage du portier», selon le document.

À la fin de 2012, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a rencontré le «gérant ainsi que deux agents de sécurité pour les sensibiliser aux nombreux appels reçus dû au comportement des portiers et à la surconsommation», indique l'avis de convocation.

«La relation entre les Foufounes électriques et la police sont excellentes, a fait valoir Me Martin. On est toujours accueillants, on les laisse toujours rentrer. Le SPVM ne vient pas aux Foufounes électriques juste lorsqu'il y a une plainte, le SPVM est là tous les soirs ou tous les quelques soirs.»

Le SPVM n'a pas voulu commenter la situation.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer