Jour de commémoration pour les pompiers décédés

Comme le veut la tradition depuis environ 200 ans, les pompiers de Montréal ont... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme le veut la tradition depuis environ 200 ans, les pompiers de Montréal ont honoré leurs confrères décédés, lors d'une cérémonie commémorative religieuse, au son de la cornemuse, dimanche matin. Aucun pompier n'est mort en service depuis 2012 sur le territoire, mais le Service de sécurité incendie Montréal (SIM) a aujourd'hui coutume de souligner le décès de ses membres, qu'ils soient encore actifs ou à la retraite.

Cette année, la commémoration a eu lieu en mémoire de 48 pompiers décédés dans les 12 derniers mois. Le prêtre Pierre Desroches, qui a célébré la messe, a souligné en faisant d'abord référence aux attentats du World Trade Center du 11 septembre 2001, « qu'il vaut mieux souffrir pour avoir fait le bien, que de souffrir en faisant le mal. » La traditionnelle communion a suivi son homélie.

L'archiviste du SIM et pompier cumulant 31 ans de service, Jean-François Courtemanche, a raconté à La Presse que les pompiers ont vécu leurs plus lourdes pertes humaines en 1932, lors de l'incendie d'un bateau en cale sèche de la Canadian Vickers dans le quartier Maisonneuve. Trois explosions sont survenues. Le chef des pompiers, Raoul Gauthier, a alors été projeté à l'eau et son corps ne fut retrouvé que quatre jours plus tard. Les trois autres pompiers décédés sont Louis DeBrienne, Lucien Hamelin et Paul Henrichon. 

« Raoul Gauthier était un ami proche du Frère André. Selon les récits de l'époque, il aurait jeté des médailles bénites à l'eau sur les lieux de l'incendie et le corps du chef des pompiers aurait remonté à la surface. On ne sait cependant pas jusqu'à quel point c'est vrai », relate M. Courtemanche.

Le dernier pompier mort en service, en 2012, est Thierry Godfrind, 39 ans. L'homme avait été écrasé par un camion du SIM qui reculait lors d'une intervention pour un chaudron oublié sur une cuisinière. La Ville de Montréal avait été blâmée par la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) pour divers problèmes au niveau de la direction et de la formation.

129
Au total, 129 pompiers sont morts en service au cours de 96 interventions depuis l'année de fondation du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), en 1863. Afin de leur rendre hommage, deux monuments ont été érigés, dont un devant le Centre de services financiers des pompiers, boulevard Saint-Joseph, où a eu lieu la cérémonie commémorative.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer