Coderre s'en prend à la Saskatchewan

Le maire Denis Coderre veut suspendre quelque 2400... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire Denis Coderre veut suspendre quelque 2400 cols bleus pendant une semaine, sans salaire.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les critiques du premier ministre de la Saskatchewan envers l'opposition de la région de Montréal au projet d'oléoduc Énergie Est ont irrité le maire Denis Coderre qui s'en est pris à la province de l'ouest sur les réseaux sociaux.

Brad Wall a durement réagi à l'opposition de la Communauté métropolitaine de Montréal au projet d'Énergie Est, auquel il avait lui-même donné son appui publiquement. Dans un message relayé plus de 1200 fois, le premier ministre de la Saskatchewan a déclaré que «je suppose que les maires de la région de Montréal vont poliment retourner leur part des 10 milliards en péréquation reçus de l'Ouest».

La réplique de Montréal n'a pas tardé. Denis Coderre, qui préside la CMM, a rétorqué que les «subventions fédérales que [la] Saskatchewan reçoit pour financer ses projets viennent aussi [des] contribuables québécois #ditesMerci». Il a souligné au passage que la moitié de la population du Québec habite dans la région de Montréal.

«Nous contribuons TOUS à l'effort collectif. On peut prendre position sur des enjeux qui touchent les citoyens que nous représentons», a également ajouté M. Coderre.

Dans un autre message, le maire a également pris soin de souligner que la région de Montréal abritait plus de 4 millions d'habitants, contre seulement 1,1 million pour la province de la Saskatchewan.

Forte réaction dans l'Ouest

L'opposition de la région de Montréal à Énergie Est a suscité beaucoup de réactions dans l'Ouest du pays. «Tu ne peux pas jeter tes égouts à l'eau, accueillir des bateaux-citernes de l'étranger, bénéficier de la péréquation et ensuite rejeter nos oléoducs», a dénoncé Brian Jean, chef du parti albertain de droite Wild Rose.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, a aussi regretté la position de Denis Coderre. «Il se trompe, c'est aussi simple que cela», a-t-il dit lors d'une entrevue à la CBC.

Selon lui, les craintes sur les fuites des oléoducs ne sont pas justifiées puisqu'elles sont beaucoup plus faciles à contrôler qu'un déversement provoqué par le déraillement d'un wagon-citerne. «Je suis sûr qu'il sait tout cela», a ajouté le maire de Calgary.

Prenant la défense d'Énergie Est, Naheed Nenshi a estimé que «c'est clairement une bonne chose, pas juste pour le Canada, mais, je dois le dire M. Coderre, pour Montréal aussi».

Rachel Notley évoque un «manquer de vision»

La première ministre de l'Alberta estime que certains maires «manquent de vision à long terme» lorsqu'ils refusent de reconnaître que l'oléoduc Énergie Est bénéficiera à l'ensemble des Canadiens.

À l'issue d'une rencontre avec son homologue de l'Ontario à Toronto, vendredi, la première ministre albertaine a soutenu qu'on «affaiblit toutes les régions du pays» en niant que le secteur des ressources naturelles fait partie intégrante de l'économie canadienne.

- Avec La Presse Canadienne

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer