Eaux usées: Ottawa donnera sa réponse mardi

Les huit milliards de litres d'eaux usées représentent le... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Les huit milliards de litres d'eaux usées représentent le tiers des égouts de Montréal.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ottawa s'est engagé auprès de la Ville de Montréal à donner une réponse au plus tard mardi au sujet du projet de déversement de huit milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

En début de semaine, Ottawa a alimenté la controverse entourant ce déversement en exigeant, par communiqué, une suspension des travaux prévus entre le 18 et le 25 octobre.

La ministre fédérale Leona Aglukkaq se disait même préoccupée par ce projet. Or, Environnement Canada a été inclus dans les échanges de courriels entre la Ville et le ministère de l'Environnement du Québec à ce sujet, a indiqué l'attaché de presse du maire Denis Coderre, Catherine Maurice, samedi matin. Plus tôt en semaine, le maire avait précisé que le fédéral possédait toute la documentation sur ce projet depuis septembre 2014.

Ces travaux, qui doivent être effectués sur une chute à neige située sous l'actuelle autoroute Bonaventure, entraîneront un déversement de quelque huit milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve sur une période de sept jours environ. La Ville assure n'avoir aucune solution de rechange dans ce dossier.

Le ministre conservateur des Infrastructures, Denis Lebel, qui a pris la parole au nom de la ministre Aglukkaq cette semaine, avait invoqué la Loi des Pêches qui interdit le rejet de substance nocive dans les eaux pour demander la suspension des travaux.

Le maire Coderre n'avait pas apprécié la sortie d'Ottawa en pleine campagne électorale et dénonçait une manoeuvre politique. Son administration a toutefois envoyé de nouveau au gouvernement fédéral tous les documents nécessaires, vendredi. «Ils se sont engagés à tout lire en fin de semaine et nous donner une réponse au plus tard mardi», a souligné Mme Maurice.

De son côté, le ministère de l'Environnement du Québec, David Heurtel, qui a déjà donné son aval au projet, a défendu sa décision tout au long de la semaine.

La Ville de Montréal avait discrètement annoncé ce déversement dans un avis émis à la fin du mois de septembre avant que les médias s'emparent de l'affaire. La nouvelle avait grandement préoccupé la Fédération québécoise de canoë-kayak d'eau vive. Cet avis comportait d'ailleurs une erreur puisqu'il était question d'un déversement sur 40 jours et non sept. La Ville avait corrigé le tir quelques jours plus tard sans toutefois réussir à mettre fin à la controverse.

Une manifestation est d'ailleurs organisée dimanche par Québec Surf. Un Paddle out se tiendra sur le fleuve à Lachine pour dénoncer le déversement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer