Projet à l'île Ste-Hélène: Coderre veut réparer l'affront fait à Guy Laliberté

Guy Laliberté... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Guy Laliberté

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Disant avoir « honte » de toute la saga qui a entouré, il y a 10 ans, le projet de salle de spectacle du Cirque du Soleil dans le quartier Pointe-Saint-Charles, Denis Coderre affirme avoir pris contact avec Guy Laliberté pour lui demander de concocter un nouveau projet pour la métropole en vue du 375e.

Le maire de Montréal a confirmé hier être en discussion avec le fondateur du Cirque du Soleil pour son projet Pangéa, avec lequel le milliardaire québécois souhaite redéfinir les rites funéraires.

Le Devoir a écrit hier que Guy Laliberté convoite un terrain de 130 000 m2 dans l'île Sainte-Hélène pour y aménager une place publique, un restaurant, un musée, un bâtiment emblématique, une promenade, ainsi qu'un cimetière pour animaux. Sans confirmer les détails, le maire a précisé que « l'article était bien fait ».

Denis Coderre dit avoir lui-même pris contact avec le fondateur du Cirque du Soleil pour lui demander de concocter un projet afin de laisser sa marque sur Montréal, estimant qu'il avait été injustement traité il y a 10 ans.

« J'ai eu honte comme Montréalais lorsqu'il y a eu la question de la salle de spectacle [en 2005]. Vous aviez un homme exceptionnel en la personne de Guy Laliberté qui était prêt à contribuer à l'essor de Montréal. Je me suis dit que la journée où j'allais être maire, j'allais le rencontrer à nouveau et on allait trouver une façon de replacer ça », a indiqué le maire en point de presse.

M. Coderre en veut à l'administration de Gérald Tremblay d'avoir retiré son soutien au projet à l'époque. « L'administration n'a pas mis ses culottes, l'administration a laissé tomber. Moi, je ne suis pas du style à dire "oui, oui, oui", puis à laisser tomber. Comme Montréalais, je trouvais que ça n'avait pas de bon sens », a lancé Denis Coderre.

L'opposition à l'hôtel de ville s'est montrée ouverte à l'idée du projet Pangéa dans l'île Sainte-Hélène, mais demande d'abord à rencontrer Guy Laliberté pour qu'il lui présente sa vision.

« Il n'y aura pas un projet dans un parc public sans un consensus de tous les Montréalais. Si jamais c'est un projet privé qui vient améliorer l'île, qui lui redonne du charme, on n'est pas contre en partant », a réagi Luc Ferrandez, chef de Projet Montréal. L'élu promet toutefois d'être vigilant, puisqu'une importante partie de l'île Sainte-Hélène est classée site patrimonial depuis 2007.

CONTRAINTES

Pour aller de l'avant, le projet devra en effet respecter plusieurs contraintes sérieuses. La Ville de Montréal a ainsi voulu s'assurer de préserver cet environnement qui a servi de terre d'accueil pour les Amérindiens ainsi que de lieu phare lors d'Expo 67.

Cette protection couvre essentiellement la portion de l'île au sud du pont Jacques-Cartier, excluant ainsi seulement la portion où se trouve La Ronde. Le terrain convoité par Guy Laliberté se trouve justement dans cette zone protégée, tout juste au sud du pont.

Le statut patrimonial prévoit notamment que « toute nouvelle construction ou tout agrandissement doit faire l'objet d'une étude d'impact visuel démontrant la qualité de son intégration au paysage et aux composantes bâties du site », peut-on lire dans un règlement municipal adopté en 2007. Le lieu envisagé par Guy Laliberté comporte plusieurs « ressources archéologiques » témoignant de l'occupation humaine de l'île, que le projet devrait préserver.

DÉJÀ DES INQUIÉTUDES

Déjà, certaines voix s'élèvent pour s'inquiéter des conséquences d'un tel projet sur l'île Sainte-Hélène. « C'est une bonne idée de vouloir moderniser les rites funéraires, mais ce n'est pas l'endroit pour faire ça », estime Dinu Bumbaru, d'Héritage Montréal. Celui-ci dit comprendre que l'endroit intéresse Guy Laliberté « parce qu'il s'agit d'une vitrine exceptionnelle », mais que celle-ci devrait être laissée aux citoyens.

L'homme qui se bat pour la protection du patrimoine de Montréal estime qu'il serait grand temps que Montréal tienne un débat sur l'avenir de l'île, estimant que celle-ci a été négligée au cours des dernières années. « Ça devient une concession aux promoteurs privés pour organiser des événements », déplore Dinu Bumbaru.

Devant ces craintes, Denis Coderre précise que plusieurs options sont à l'étude. « Je veux qu'il y ait une marque indélébile de la créativité et de l'audace d'un Guy Laliberté dont l'ensemble de la population pourra bénéficier. »

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer