Québec compte abolir l'AMT

L'AMT serait remplacée par deux entités, soit le... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'AMT serait remplacée par deux entités, soit le Réseau des transports métropolitain (RTM) et l'Agence régionale de transport (ART).

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les jours de l'AMT sont comptés. Le ministre des Transports Robert Poëti veut l'abolir et entend la remplacer par une «nouvelle structure intégrée pour les transports en commun».

C'est lors d'une rencontre avec les maires de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), hier, que Robert Poëti a proposé cette nouvelle structure pour les transports collectifs, ont confirmé plusieurs sources à La Presse.

Dans le plan qu'il a présenté, l'Agence métropolitaine de transport serait remplacée par deux nouvelles entités.

La première, l'Agence régionale de transport (ART), relèverait de la CMM. Elle deviendrait responsable de la tarification et de la planification. Son conseil d'administration serait composé de 12 membres: 6 experts nommés par le gouvernement du Québec et 6 autres personnes nommées par la Communauté métropolitaine de Montréal. 

Cette structure s'expliquerait par la volonté du maire de Montréal, Denis Coderre, d'obtenir plus de pouvoir en matière de planification des transports dans l'agglomération.

L'autre organisme, le Réseau des transports métropolitains (RTM), serait responsable des 13 conseils intermunicipaux de transports.

Selon nos informations, plusieurs points de la réunion d'hier semblaient déjà réglés avant même qu'elle ne commence. Rapidement, le maire de Candiac, Normand Dyotte, a défendu la proposition présentée par l'attaché politique du ministre.

Les élus montréalais Alan DeSousa et Claude Dauphin se seraient également montrés favorables à la proposition, tout comme la mairesse de Repentigny, Chantal Deschamps.

Le maire de Laval, Marc Dermers, et la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, auraient été les moins réceptifs autour de la table.

Plus tôt cette semaine, le ministre des Transports Robert Poëti a même présenté son plan au comité des priorités du conseil des ministres. Philippe Couillard, Jean-Marc Fournier, Pierre Moreau et Lise Thériault ont alors pris connaissance des intentions de celui qui porte aussi le chapeau de ministre responsable de la métropole.

L'idée est de faire des deux organismes des sociétés «supramunicipales», mais ce type d'organisation poserait certains problèmes. Il ne correspondrait pas aux règles en vigueur.

Joint par La Presse, Robert Poëti a dit avoir eu une rencontre «positive» avec les maires de la CMM, hier. Le ministre des Transports s'attend à recevoir des retours des élus d'ici deux semaines. S'il sent qu'il a le feu vert, il pense qu'un nouveau projet de loi pourrait voir le jour dès l'automne.

À l'Agence métropolitaine de transport, on nous a expliqué que la gouvernance des transports collectifs est «en changement» et que la décision de réformer l'institution ne lui revenait pas.

«Nos employés seront mis au courant au cours des prochaines heures de la situation. Ils savent qu'il y a des discussions sur la gouvernance», a indiqué Fannie St-Pierre, porte-parole de l'AMT.

L'AMT a été créée en décembre 1995. Elle a pour rôle d'améliorer le déplacement des usagers dans la région métropolitaine de Montréal et d'accroître les services de transports collectifs. L'agence emploie plus de 400 personnes.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer