Stationnement en diagonale: une pratique illégale

En plus de courir le risque d'être percutées,... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

En plus de courir le risque d'être percutées, les voitures garées en oblique peuvent nuire à la circulation, selon le SPVM.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La hauteur des bancs de neige n'y change rien: il est interdit de se stationner en oblique dans les rues de Montréal, tranche le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Une dizaine d'automobilistes du Plateau Mont-Royal l'ont appris à leurs dépens, mardi, en recevant une contravention.

Marc-Nicolas Kobrynsky a eu une bien désagréable surprise, mardi matin, en se rendant à sa voiture garée dans la rue De La Roche: un constat d'infraction de 53$ l'attendait sur son pare-brise. «Ça fait 10 ans que j'habite le Plateau, ça fait 10 ans que je vis des hivers sur le Plateau, et c'est la première fois que j'ai une contravention pour m'être stationné en diagonale», déplore-t-il.

«On sait que les gens font ça pour se sortir plus facilement d'un banc de neige, mais ce n'est pas la bonne façon de s'y prendre. Ils prennent une chance et ils s'exposent à une contravention», précise le sergent Laurent Gingras, porte-parole du SPVM. Le règlement municipal sur la circulation et le stationnement stipule qu'«un véhicule routier ne peut être stationné en oblique que lorsque la signalisation l'impose».

Les accumulations de neige au sol n'y changent rien, dit le sergent Gingras. «Malheureusement, chaque hiver, quand il y a des accumulations de neige importantes, il y a beaucoup de gens qui se mettent à se stationner comme ça. Le problème, c'est que dès qu'il y en a un qui le fait, les autres sont obligés de se positionner de la même façon, parce que sinon, t'es plus capable de sortir ton véhicule», explique le sergent Gingras.

Risques d'accidents

En plus de courir le risque d'être percutées, les voitures garées en oblique peuvent nuire à la circulation, ajoute le SPVM. «La rue De La Roche est large, mais ce n'est pas nécessairement le cas partout. À d'autres endroits, on réduit le nombre de voies de circulation et ça augmente la congestion», ajoute M. Gingras.

«Il n'y a pas de véhicule qui pourrait passer là, il y a un banc de neige qui bloque la voie!», s'indigne M. Kobrynsky.

Le Montréalais digère d'autant plus mal cette contravention qu'il l'attribue à la mauvaise qualité du déneigement dans son arrondissement, qui avait été réalisé à 81%, mardi matin. «Il aura fallu six jours à l'administration pour déneiger un des côtés de la rue De La Roche. La neige a durci, glacé, et rendu le stationnement fort complexe. À quand des prestations de services égales pour tous dans la ville de Montréal?»

L'arrondissement se défend d'avoir serré la vis aux automobilistes. «Ce n'est pas une demande du Plateau, mais bien une consigne à la grandeur de la ville durant les opérations de stationnement», a assuré un porte-parole, Michel Tanguay.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer