Le déneigement de Montréal devrait être terminé lundi

Il est trop tôt pour déterminer combien coûtera... (Photo Hugo-Sebastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Il est trop tôt pour déterminer combien coûtera l'actuelle opération de déneigement, mais une accumulation de 20 cm coûte 17 millions.

Photo Hugo-Sebastien Aubert, La Presse

Partager

Louise Leduc
La Presse

La Ville de Montréal estime avoir enlevé 53% de la neige qui encombre les rues. Mais cela peut tout aussi bien être 42%, ou 40%, ou 51%...

Le porte-parole de la Ville, Jacques-Alain Lavallée, a indiqué hier que 53% du territoire avait été déneigé et que le travail devrait être terminé lundi, pour le retour au boulot de la majorité des travailleurs.

Mais à quoi se fie-t-il pour arriver à un chiffre aussi précis, puisque le déneigement est une responsabilité qui échoit à chacun des 19 arrondissements de la ville?

Le tout n'est pas calculé grâce à une photo aérienne, mais en effectuant une moyenne du pourcentage de routes déneigées dans chacun des arrondissements.

Le hic (voir tableau ci-contre, est que cette moyenne de 53% a été obtenue en vertu des données obtenues auprès de seulement

14 arrondissements montréalais... les chiffres étant manquants pour cinq d'entre eux.

Internautes peu optimistes

«Les données sont très approximatives», a d'ailleurs insisté Patricia Lowe, relationniste à la Ville de Montréal, en nous transmettant le tableau. À en croire les commentaires d'internautes à propos d'une dépêche sur le déneigement publiée hier sur lapresse.ca, bon nombre de Montréalais risquent de lire ce tableau avec circonspection et étonnement. Pourquoi 58% des rues sont-elles dégagées dans Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, alors que le taux n'est que de 45% dans Ahuntsic-Cartierville, arrondissement qui compte pourtant moins de kilomètres? Que se passe-t-il à Pierrefonds-Roxboro? Et à quoi ressembleraient les statistiques du secteur de Côte-Des-Neiges, si elles existaient?

«Allez donc faire un tour dans le quartier situé au coin des rues Perras et Saint-Jean-Baptiste (à Rivière-des-Prairies), nous écrit une lectrice. Vous aurez bien de la difficulté à entrer dans les rues. [...] Je serais très, très étonnée que lundi, toutes les rues de l'île de Montréal soient dégagées... À moins d'un miracle...»

Un autre lecteur se plaint que les rues de la ville de Mont-Royal soient «nickel» alors que, six jours après la tempête qui a laissé une accumulation de 45 cm de neige, des artères centrales de Côte-Des-Neiges sont toujours impraticables.

Il fait froid, les gens sont fatigués. D'avoir trop fêté, trop pelleté...

Ras-le-bol du pelletage...

Un collègue pestait fermement, hier, contre le fait d'avoir dû déneiger à la force de ses bras sa place de stationnement sur rue, devant chez lui. Il est parti faire une course et 10 petites minutes ont suffi pour que la précieuse place de stationnement soit prise par un voisin qui y a laissé sa voiture pendant trois jours!

... et de la souffleuse

Sur Twitter, des internautes grognaient par ailleurs contre ces citoyens utilisant leur souffleuse à 5h50 du matin ou qui occupent le seul espace de stationnement de toute la rue avec la neige du trottoir.

Y a-t-il une étiquette de la tempête à respecter? Louise Masson, spécialiste de l'étiquette et pourtant assez pointilleuse sur le sujet, donne l'absolution à tous. «Quand il y a autant de neige, c'est le sauve-qui-peut!»

Pour ceux qui veulent éviter de se brouiller avec leur voisin, notons tout de même qu'il existe un peu partout à Montréal quelque 5000 places de stationnement gratuites, de soir et de nuit. On peut consulter une carte de ces stationnements sur le site internet de la Ville, au www.ville.montreal.qc.ca, ou s'informer à ce sujet en composant le 311.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer