Charles Lapointe démissionne du Conseil des arts

Charles Lapointe, l'ex-PDG de Tourisme Montréal.... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Charles Lapointe, l'ex-PDG de Tourisme Montréal.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Les révélations sur le train de vie princier de l'ex-PDG de Tourisme Montréal, Charles Lapointe, lui ont valu jeudi une convocation en commission parlementaire à Québec. Le maire Denis Coderre, quant à lui, a exigé sa démission comme président du Conseil des arts de Montréal, qu'il a obtenu sur le champ.

Manifestement ulcéré par les révélations sur le train de vie princier du PDG de Tourisme Montréal, Charles Lapointe, le maire de Montréal Denis Coderre a convoqué la presse en fin de journée pour annoncer ses «gestes concrets». Après avoir demandé en milieu de journée la démission de M. Lapointe comme président du Conseil des arts de Montréal, il a récidivé quelques heures plus tard en exigeant également celle de Jacques Parisien comme président de l'organisation du 375e anniversaire de Montréal.

M. Parisien était président du conseil d'administration de Tourisme Montréal au moment où se sont déroulées les irrégularités soulevées par le vérificateur général du Québec dans son rapport déposé hier. Quelques minutes avant le point de presse, M. Parisien a fait parvenir un courriel à la Ville de Montréal annonçant sa démission, comme l'exigeait le maire.

Les révélations sur le train de... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

«Je peux vous dire que je n'étais pas content aujourd'hui : plus on en lit, plus on est en maudit, a lancé en point de presse le maire Coderre. Le problème n'est pas la performance ou l'existence de Tourisme Montréal. Le problème, c'est comment on a géré cette situation-là. Est-ce qu'on a posé des questions? Pourquoi ce pont d'or?»

«Une petite gêne»

Il a en outre annoncé avoir mandaté son directeur général pour enquêter sur tous les fonctionnaires de Montréal qui ont siégé, un à la fois, sur le conseil d'administration de Tourisme Montréal. Il estime que les citoyens ont raison d'être «choqués» par les révélations du vérificateur général et ne semble pas convaincu par les explications de l'organisme. «On se compare à Mumbai ou à Shanghai, comparez-vous à Montréal ou Saint-Lambert, il va peut-être y avoir un peu plus de gêne.»

Mercredi, le Vérificateur général du Québec, Michel Samson, a dénoncé les dépenses excessives de Charles Lapointe, un ancien ministre libéral fédéral qui a dirigé Tourisme Montréal pendant 24 ans. L'ex-PDG a obtenu 654 000$ à titre d'indemnité de départ. Pour sa dernière année, il a gagné 398 000. Charles Lapointe a remboursé 70 000 $ de son indemnité de départ après que le Vérificateur eut constaté qu'on lui versait une allocation d'auto de 10 800 $ par année tout en lui fournissant une limousine et un chauffeur.

On lui a aussi remboursé en double 10 000 $ de dépenses. Ses notes de frais pour ses voyages dépassaient souvent le plafond prévu. Il a demandé des déductions fiscales pour 64 000$ de dons de charité alors que ceux-ci étaient remboursés par Tourisme Montréal. Revenu Québec étudie le dossier.

-Avec la collaboration de Tommy Chouinard




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer