La moitié des Albertains appuieraient la mise en place d'une taxe sur le carbone

Les trois quarts des personnes interrogées approuveraient la... (Photo archives Bloomberg)

Agrandir

Les trois quarts des personnes interrogées approuveraient la mesure si le gouvernement versait les sommes pour aider l'industrie à développer des technologies plus vertes, par exemple.

Photo archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bob Weber
La Presse Canadienne
Edmonton

La moitié des Albertains appuient la mise en place d'une taxe sur le carbone et seraient même prêts à y contribuer, selon un sondage rendu public mercredi.

L'enquête révèle qu'environ 50% de la population de la province appuierait l'établissement d'une telle taxe qui serait imposée aux individus et aux entreprises.

L'appui à la mesure s'avérait plus élevé à Edmonton, à 52%, et à Calgary, à 56%. En revanche, dans les régions rurales du sud de la province, seulement 38% des personnes interrogées se sont dites d'accord.

La moitié des gens qui approuveraient la mesure exigeraient cependant qu'elle soit accompagnée d'une baisse de l'impôt sur le revenu.

Les taux d'appui à la taxe se révèlent d'autant plus imposants si l'argent recueilli était investi dans un fonds spécifique. Les trois quarts des personnes interrogées approuveraient la mesure si le gouvernement versait les sommes pour aider l'industrie à développer des technologies plus vertes, par exemple.

Le sondage a été mené par la firme Ekos auprès de 1800 Albertains à la fin du mois d'août et au début septembre. La marge d'erreur est de 2,3 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

L'enquête indique par ailleurs que 53% d'entre eux appuient la mise en oeuvre de politiques plus strictes pour s'attaquer aux changements climatiques - et même si cela signifie une augmentation des coûts pour l'industrie.

Les deux tiers des Albertains suggèrent que le gouvernement devrait travailler prioritairement à diversifier l'économie de la province plutôt que de faciliter les activités du secteur pétrolier et gazier.

En revanche, la plupart d'entre eux souhaitent que le secteur des sables bitumineux subsiste. Près des trois quarts estiment que cette industrie devrait rester telle qu'elle est ou même accroître ses activités.

Frank Graves, de la firme Ekos, reconnaît que les Albertains sont moins chauds à l'idée d'adopter des politiques pour lutter contre les changements climatiques, mais les résultats sont généralement similaires à ce qui a été observé ailleurs, selon lui.

«C'est une question de niveau. Ils ne sont pas différents qualitativement. Des (enjeux) comme l'acceptation des changements climatiques, l'appui à la taxe sur le carbone, il y a un niveau de réceptivité surprenant en Alberta. Mais c'est moins élevé que dans les autres provinces du pays», a-t-il expliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer