PKP doit vendre Québecor, exige Legault

Le magnat des médias Pierre Karl Péladeau doit absolument vendre les 72 % du... (Photo Pascal Ratthe, Le Soleil)

Agrandir

Photo Pascal Ratthe, Le Soleil

Le magnat des médias Pierre Karl Péladeau doit absolument vendre les 72 % du groupe Québecor qu'il détient s'il veut faire de la politique, a exigé dimanche François Legault, qui dit s'inquiéter pour la santé démocratique du Québec.

Le transfert des centaines de millions de dollars en actions dans une fiducie est «une fausse solution», selon le chef caquiste.

«Oui», il doit vendre toutes ses parts, a-t-il lancé lors d'un point de presse. «Si M. Péladeau veut faire de la politique, il ne peut pas avoir un contrôle sur les médias [...] qui contrôlent une bonne partie de l'information au Québec.»

Plus tôt, M. Péladeau a annoncé qu'il placerait ses actions de Québecor dans une fiducie sans droit de regard, mais avec instructions au mandataire de ne pas vendre. Il pourra ainsi récupérer son entreprise au moment de sa retraite de la vie politique.

«C'est une fausse solution ce qu'il nous a annoncé», a réagi M. Legault. «Il y a un conflit d'intérêts apparent.»

Une campagne biaisée?

Par ailleurs, cette situation «inquiète beaucoup» François Legault quant à la bonne marche de la campagne actuelle.

«Moi ça m'inquiète beaucoup. Ça m'inquiète beaucoup de savoir si la campagne électorale va pouvoir refléter les opinions de tous les partis politiques compte tenu du contrôle qu'a Pierre Karl Péladeau sur une bonne partie de l'information au Québec», a-t-il dit, en se demandant si certains journalistes «vont recevoir des appels».

Plus tôt en journée, le lieutenant économique de François Legault avait dénoncé de façon très ferme la situation, laissant même entendre que le problème existait depuis bien avant aujourd'hui.

«La manipulation de l'opinion publique est devenue plus évidente ce matin», a écrit le député Christian Dubé sur les réseaux sociaux.

«Je pense qu'on peut se poser des questions, effectivement, sur l'indépendance de l'information», lui a répondu François Legault.

Le CAQ a-t-elle pâtit par le passé des opinions politiques maintenant révélées de M. Péladeau?

François Legault n'a pas répondu directement. «On ne sait pas quand M. Péladeau a pris sa décision. Il y avait des rumeurs depuis un bon bout de temps sur sa venue en politique», a-t-il dit.

«On sait qu'il y a quelques personnes au sein du groupe Québecor qui ont beaucoup de pouvoir et ces gens-là sont très proches de Pierre Karl Péladeau.»

«Gros bon sens»

Dimanche avant-midi, Pierre Karl Péladeau et Pauline Marois ont indiqué être déjà en contact avec le bureau du Commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale afin de recevoir ses recommandations pour le passage du magnat de la presse en politique.

Selon François Legault, son opinion ne changera pas grand-chose.

«C'est une question de gros bon sens, a-t-il dit. On ne peut pas avoir l'actionnaire important de la société qui contrôle le plus de médias au Québec qui fait de la politique.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer