Couillard est «tout à fait à l'aise» avec l'indemnité de Barrette

Philippe Couillard et Gaétan Barrette.... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Philippe Couillard et Gaétan Barrette.

Photo archives La Presse Canadienne

(TROIS-RIVIÈRES) Philippe Couillard est «tout à fait à l'aise» avec l'indemnité de départ de 1,2 million accordée à son candidat Gaétan Barrette par la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ). Le Dr Barrette a reçu cette prime, prévue dans son contrat, en quittant cet hiver son poste de président du syndicat après plus de sept ans de service.

«Je ne vois pas de problème», a assuré le chef libéral en conférence de presse à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Il a donné trois raisons.

D'abord, l'indemnité de départ est «connue», ce qui répond aux exigences de transparence. M. Couillard dit en avoir pris connaissance «il y a quelques jours». C'est toutefois grâce à un article publié ce matin dans la Journal de Montréal que le public en a été informé.   

Cette indemnité de départ confirme aussi que «les liens sont définitivement coupés» entre le Dr Barrette et la FMSQ, ajoute-t-il. Mais M. Barrette, qui pourrait devenir ministre de la Santé dans un gouvernement libéral, serait-il aussi pugnace qu'à son habitude s'il devait négocier avec son syndicat qui lui a offert ce chèque? Par exemple, pour négocier l'étalement des hausses salariales des médecins, qui grugeront plus de la moitié de l'argent neuf en santé l'année prochaine?

«M. Barrette est une personne intéressante avec qui négocier», a dit son chef - un euphémisme pour rappeler le caractère bouillant et combatif de sa recrue.

Pour défendre son indépendance, M. Barrette a d'ailleurs répliqué par l'attaque. «J'ose espérer que c'est la même chose avec Pierre Karl Péladeau lorsqu'il négociera un jour avec les imprimeurs, comme j'ose espérer que ce sera la même chose avec François Legault si un jour il négocie quelque chose avec l'industrie aéronautique du Québec». Enfin, M. Couillard dit aussi être à l'aise avec cette prime, car environ la moitié de la somme retournera dans les coffres de l'État grâce à l'impôt. Quelle somme exactement? «Je n'ai pas encore eu le temps d'aller regarder dans mon compte», a répondu M. Barrette. «Je fais partie des méchants», a-t-il ensuite ironisé, en laissant attendre qu'on critiquait injustement les riches.

L'indemnité de départ résulte d'un contrat présenté, débattu et voté par les médecins membres du syndicat, a ajouté M. Barrette. 

Pauline Marois n'a pas dit si cette prime affecterait la crédibilité de M. Barrette. «Demandez cette question à Philippe Couillard. Je vais réserver mon opinion à ce moment-ci», a-t-elle répondu. 

François Legault juge que M. Barrette devrait rembourser sa prime ou partir. De «l'hypocrisie», juge M. Couillard. En 2012, M. Barrette était candidat caquiste, n'avait pas rompu son lien avec la FMSQ et avait aussi une indemnité de départ prévue dans son contrat. Le chef caquiste n'avait pas dit à l'époque comment il gérerait une telle situation, rappelle le chef libéral. 

«Gras dur» : inélégant, dit Couillard

Le Journal de Montréal titrait en manchette «Barrette gras dur». «J'ai trouvé le titre très inélégant (...) La façon dont c'était titré se passe de commentaire», a commenté le chef libéral.      

«Je m'attendais à ce genre de titre. Ça s'inscrit dans le ton de la campagne, a ajouté M. Barrette. Je suis désolé de ne pas être parfait.»

- Avec Tommy Chouinard




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer