Les partis se disputent les faveurs du Québec

Alors que les sondages montrent une forte avance... (PHOTO PC)

Agrandir

Alors que les sondages montrent une forte avance des néo-démocrates au Québec, le chef bloquiste Gilles Duceppe estime que les Québécois n'appuient pas tant le NPD, mais qu'ils veulent avant tout se débarrasser du gouvernement conservateur.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Conservateurs, néo-démocrates et bloquistes se sont disputés hier sur les faveurs du Québec, chaque parti estimant être le mieux placé pour représenter les intérêts des Québécois.

Alors que Gilles Duceppe plaidait la pertinence du Bloc hier, Stephen Harper en a profité pour lancer une vidéo demandant aux Québécois de faire confiance à son parti le 19 octobre. Le Nouveau Parti démocratique a pour sa part invité les électeurs du Québec à lui faire de nouveau confiance, estimant que la province devait cesser de siéger dans l'opposition.

Stephen Harper a pris une brève pause de la tournée qu'il mène depuis plusieurs jours dans le sud de l'Ontario pour enregistrer un message destiné aux Québécois. Loin des attaques partisanes contre ses adversaires, il vante pendant près d'une minute la «qualité et la détermination» des candidats québécois de sa formation.

Le chef conservateur, qui prend soin de souligner qu'il a visité le Québec à une centaine de reprises depuis qu'il est premier ministre, affirme que «de plus en plus de Québécois se reconnaissant dans notre parti. Ils voient que nous partageons leurs deux grandes priorités: l'économie et la sécurité». Selon lui, les Québécois appuient tout particulièrement les baisses de taxes et d'impôts consenties aux familles et le programme conservateur de lutte contre la criminalité et le terrorisme.

Duceppe plaide la pertinence du Bloc

Plus tôt, le chef bloquiste avait fait une sortie pour inviter les Québécois à barrer la voie à un gouvernement conservateur en votant pour sa formation. Lors d'une conférence de presse à Montréal, Gilles Duceppe a plaidé la pertinence de son parti en déplorant l'absence de gains pour le Québec depuis que la vague orange a réduit à peau de chagrin la députation du Bloc.

«Depuis 2011, le Québec subit défaite après défaite à Ottawa parce que personne ne se bat pour nous. On doit recommencer à faire des gains, on doit recommencer à gagner», a indiqué M. Duceppe.

Alors que les sondages montrent une forte avance des néo-démocrates au Québec, le chef bloquiste estime que les Québécois n'appuient pas tant le NPD, mais qu'ils veulent avant tout se débarrasser du gouvernement conservateur. «Ce qu'on entend, ce n'est pas que le NPD a fait du bon travail, mais c'est qu'on ne veut pas Harper. C'est essentiellement ça.»

Or, ce n'est pas au Québec que les électeurs peuvent battre le gouvernement conservateur puisque seulement une poignée de ses députés en sont issus, poursuit-il. «C'est au Canada que le vote est divisé entre les libéraux et le NPD. C'est eux qui font passer les conservateurs. Harper ne gagne pas au Québec, il a cinq députés. S'il est majoritaire, c'est qu'il gagne au Canada.»

Le Québec «vital» au NPD

Sans surprise, le NPD croit au contraire que le Québec peut être un élément clé pour contrer la formation d'un gouvernement conservateur. «Le Québec est vital et même crucial pour élire un premier gouvernement social-démocrate et progressiste. Il faut qu'on reste fort au NPD au Québec pour former un gouvernement», a plaidé Alexandre Boulerice, candidat néo-démocrate dans Rosemont-La Petite-Patrie.

«Si on le fait, et on va le faire, on va avoir une représentation du Québec très forte, que ce soit dans le caucus gouvernemental qu'au sein du cabinet. Les Québécois vont être au pouvoir au lieu d'être constamment confinés à l'opposition»

Alexandre Boulerice estime que Gilles Duceppe se trompe quand il affirme que le Québec n'a subi que des défaites depuis qu'il est représenté majoritairement par des députés du NPD. «On a obtenu plusieurs gains pour le Québec, comme imposer le français pour les agents du gouvernement, sauver le Centre de sauvetage maritime de Québec, sauver une ligne VIA Rail dans l'Est, sauver la pouponnière des bélugas à Cacouna. On a aussi réussi à avoir le retrait des wagons DOT 111. Je pourrais continuer longtemps.»




publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer