Un fonctionnaire suspendu pour sa chanson anti-Harper

La vidéo s'intitule Harperman... (Saisie d'écran d'une vidéo Andrew Hall Productions)

Agrandir

La vidéo s'intitule Harperman

Saisie d'écran d'une vidéo Andrew Hall Productions

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Le ministère de l'Environnement a suspendu l'un de ses fonctionnaires le temps de mener une enquête sur une chanson protestataire qu'il a composée et diffusée sur YouTube.

Le scientifique fédéral et chanteur folk Tony Turner dresse dans Harperman une liste d'irritants émanant du gouvernement conservateur, dont l'affaire Duffy, le musellement des scientifiques ou le contrôle de l'information.

«Harperman, it's time for you to go» (Harperman, il est temps pour vous de partir), chante M. Turner dans le refrain, accompagné d'une quarantaine de personnes qui sont décrites au début de la vidéo comme une «chorale impromptue».

***

Le ministère de l'Environnement a évoqué des motifs liés à la protection des renseignements personnels pour refuser de commenter le dossier. Un porte-parole a néanmoins précisé que «la conformité aux exigences du Code de valeurs et d'éthique du secteur public est une condition d'emploi pour tous les fonctionnaires». Ce code prévoit entre autres que les employés fédéraux doivent se comporter de manière à préserver l'impartialité de la fonction publique et à éviter les conflits d'intérêts.

Le syndicat défend M. Turner

Le syndicat qui représente M. Turner a promis de le défendre et a dénoncé cette enquête du Ministère. «Nous sommes certainement d'avis qu'il n'y a pas eu de violation du Code de valeurs et d'éthique dans ce cas-ci, que M. Turner ne faisait qu'exprimer ses opinions de façon personnelle dans des activités qui n'engagent pas du tout ses responsabilités ou sa capacité de faire son travail de façon scientifique dans la fonction publique», a déclaré Isabelle Roy, conseillère générale aux affaires juridiques de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada.

M. Turner est à moins d'un mois de la date prévue de sa retraite, a ajouté Me Roy: «Pour lui, la possibilité qu'il ne puisse pas terminer le projet sur lequel il travaille, qui concerne les oiseaux migratoires, est en soi est une forme de pénalité», a souligné l'avocate.

L'enregistrement est en ligne depuis la mi-juin et en fin de journée hier, environ 60 000 personnes l'avaient visionné.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer