Des Torontois manifestent en appui à Gabriel Nadeau-Dubois

Gabriel Nadeau-Dubois, ex-porte-parole de la CLASSE.... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Gabriel Nadeau-Dubois, ex-porte-parole de la CLASSE.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partager

La Presse Canadienne

La condamnation pour outrage au tribunal de l'ancien leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois a des échos jusque dans le Canada anglais.

Au son des casseroles, des militants s'étaient réunis au parc Dufferin Grove, samedi midi, pour une courte manifestation à Toronto en appui à M. Nadeau-Dubois.

Parmi ces manifestants figuraient plusieurs étudiants de l'Université York qu'avait rencontrés l'ancien porte-parole de la CLASSE au printemps dernier.

Le porte-parole du rassemblement, Xavier Lafrance, dénonce le précédent créé par le verdict de culpabilité d'outrage au tribunal prononcé par le juge Denis Jacques de la Cour supérieure du Québec. Selon lui, la portée de ce jugement, risque de museler les futurs porte-parole, qu'ils soient étudiants ou de quelconque mouvement social.

L'étudiant de l'Université York estime que la contestation des frais de scolarité au Québec a eu des échos dans plusieurs autres villes canadiennes. Les «casseroles» ont d'ailleurs rassemblé jusqu'à 3000 personnes à Toronto. Des manifestations ont aussi eu lieu à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick et à Edmonton en Alberta.

Évidemment, la mobilisation ne connaît pas le même engouement qu'au Québec, mais Xavier Lafrance soutient que le mouvement a soulevé plusieurs questions et que les carrés rouges ont fait leur apparition sur les campus ontariens.

«Les gens sont très conscients qu'au Québec, les étudiants paient moins cher parce que les gens se sont battus. Mais il n'y a pas encore de mouvement de la même ampleur. On n'a jamais eu de grève étudiante en Ontario comme au Québec, mais ça soulève des questions», a indiqué Xavier Lafrance.

Dans les cercles étudiants, la question de l'accessibilité inquiète aussi en Ontario.

«Non seulement il n'est peut-être pas légitime de payer une fortune pour étudier, mais il est possible de se mobiliser massivement et démocratiquement. Il y a une inspiration qui vient du Québec», a avancé l'étudiant.

De son côté, Gabriel Nadeau-Dubois a annoncé vendredi qu'il porterait le jugement en appel, et a demandé à ses sympathisants de l'appuyer financièrement dans sa démarche.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer