Collège de Maisonneuve: 16 élèves ont finalement accès à leurs cours

Dossiers >

Les patrouilleurs

Actualité

Les patrouilleurs

Suivez David Santerre et Patrick Sanfaçon en patrouille. »

Des manifestants sont toujours devant le collège Maisonneuve.... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Des manifestants sont toujours devant le collège Maisonneuve.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

 

David Santerre
La Presse

Après deux jours sans cours malgré une injonction qui oblige le collège de Maisonneuve à les donner, 16 élèves ont finalement pu y assister en ce jeudi matin.

Au terme d'une assemblée, hier mercredi, la direction et l'association étudiante se sont entendues pour que les grévistes laissent entrer sans les chahuter leurs 16 collègues qui ont obtenu l'injonction.

L'entente n'a fait plaisir à personne, mais elle a été respectée... ou presque.

«Ils ont pu entrer sans se faire bousculer. Mais ils se sont fait huer et traiter d'individualistes, ça criait "je me moi"», a raconté Félix Dumont.

Arborant fièrement son carré vert, il a hâte de reprendre ses cours. Mais ce ne sera pas pour tout de suite, car l'injonction n'ordonne la reprise des classes que pour les 16 requérants, dont il ne fait pas partie.

«Ça doit être une étrange situation. Les étudiants ont des cours avec des professeurs qui portent le carré rouge et qui ont au cou une pancarte avec la mention "prof sous injonction"», poursuit-il.

«Ces élèves suivent des cours en tutorat. Ils sont tous de programmes différents alors ils mobilisent pour eux 77 professeurs», explique Pascale Sirard, présidente du syndicat des 750 enseignants de ce grand collège de 5800 élèves.

Elle estime que les professeurs se retrouvent dans une position extrêmement délicate.

«Nous sommes les professeurs de tous les étudiants. Jamais un ministère ne s'est aussi peu intéressé aux administrateurs scolaires et aux professeurs. Ce conflit est d'une ampleur qui nous dépasse», déplore-t-elle.

Elle salue la gestion de crise de la direction du cégep, qui, dit-elle, a «préservé la vie sociale» de ce grand «village», notamment en s'abstenant de faire intervenir la police.

Un élève au carré rouge redoute pour sa part l'ambiance qui régnera dans les classes lorsque le conflit se terminera. «Les horaires de ceux qui ont repris les cours et des grévistes s'imbriqueront forcément», dit-il.

Car les cours reprendront, selon lui et Pascale Sirard.

«L'annulation du trimestre, ça ne se peut pas. Les cégeps ont des devis imposés par le Ministère. Ici, il y a 5800 élèves. Si le trimestre est annulé, que les finissants doivent rester l'an prochain, il sera tout à fait impossible d'accueillir les 2500 nouveaux qui arriveront du secondaire», affirme Mme Sirard.

Notons que le collège de Maisonneuve n'est pas en grève à 100 %. Certains cours, notamment en techniques infirmières et en hygiène dentaire, ont été maintenus, car ils sont obligatoires pour l'obtention de stages. Les élèves de troisième année en technique policière, qui étaient eux aussi en grève, ont aussi repris les cours récemment, car ils devaient terminer leurs études avant une certaine date pour espérer être admis à l'École nationale de police, à Nicolet.

«Ils en ont fait la demande en bonne et due forme, en assemblée. Et ça a été accepté parce qu'on a considéré qu'ils avaient de bons motifs de cesser la grève», explique un élève.

À 10h, les portes du collège ont été ouvertes à tous ceux qui voulaient y entrer: professeurs à la mine résignée dans certains cas, étudiants au carré vert désireux d'aller voir comment la reprise des cours se déroulait pour le groupe des 16. Ils se sont fait huer et narguer eux aussi par les rouges.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer