Procès Turcotte: utiliser la raison pour comprendre la déraison, plaide la défense

Guy Turcotte (à gauche)... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Guy Turcotte (à gauche)

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Affaire Guy Turcotte

Actualité

Affaire Guy Turcotte

L'ex-cardiologue Guy Turcotte est accusé de la mort de ses enfants, Olivier, cinq ans, et Anne-Sophie, trois ans. »

(Saint-Jérôme) Au quatrième jour de sa plaidoirie, l'avocat de Guy Turcotte a exhorté le jury à ne pas tenter de «décrypter» les gestes de l'accusé à la lumière de leur propre raison. 

«Il faut utiliser la raison pour tenter de comprendre la déraison. Sinon, c'est nier la déraison. Et il y a un nombre considérable de facteurs qui vont dans le sens de la déraison», a fait valoir Me Guy Poupart. L'avocat a passé la journée à disséquer le témoignage que son client a livré à son procès. Il a insisté sur le caractère «aberrant» de la conduite de M. Turcotte, compte tenu de son passé et de l'amour qu'il portait à ses enfants. L'avocat a également parlé de l'attitude de Guy Turcotte lors de son témoignage, des larmes qu'il a versées et du deuil qu'il n'arrive pas à faire, six ans et demi après les faits. «Ces larmes émanent du fond de sa souffrance. C'est n'importe quoi, sauf un jeu pour vous émouvoir», a lancé Me Poupart.

Après le téléphone

L'avocat a de nouveau suggéré que les enfants ont été tués seulement après la fin de la conversation que Guy Turcotte a eue avec sa mère, le soir du 20 février 2009. Cette conversation, qui a duré une heure, s'est conclue vers 21 h 40. Il avait déjà commencé à consommer du lave-glace à ce moment-là. C'est quand il s'est vu mort, qu'il a décidé d'amener les enfants avec lui, pour qu'ils ne le trouvent pas mort le lendemain. L'accusé ne se souvient pas de la séquence des événements, mais a des flashs.

À ce sujet, l'avocat est d'avis que M. Turcotte n'est pas un simulateur «un fakeur», puisque les flashs qu'il garde sont les «pires scènes qui puissent habiter un père qui a causé la mort de ses enfants». Il se souvient notamment avoir rentré le couteau dans le corps d'Olivier, le petit a gémi, a dit «nonnnnnn.» M Turcotte a réalisé qu'il lui faisait mal, a paniqué et a continué à donner des coups. S'il avait une mémoire sélective, il aurait choisi des flashs moins horribles, a laissé entendre l'avocat, qui continuera sa plaidoirie, mardi.

Lundi, en fin de journée, le juge André Vincent n'a pas caché son impatience, devant cette plaidoirie fleuve, qui a commencé mardi après-midi, la semaine dernière. À 16 h 10, lundi, Me Poupart suggérait d' arrêter pour la journée. 

«Vous aviez dit que vous termineriez jeudi dernier. On continue jusqu'à 4 h 30», a lancé le juge avec raideur. 

M. Turcotte est accusé des meurtres prémédités de ses enfants. Il admet avoir poignardé à mort Olivier, cinq ans, et Anne-Sophie, trois ans, le 20 février 2009, mais a présenté une défense de non responsabilité criminelle. La Couronne n'a pas encore plaidé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer