Guy Turcotte est libéré en attendant son second procès

Lors d'une audience sur sa remise en liberté... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Lors d'une audience sur sa remise en liberté provisoire, le 4 septembre à Saint-Jérôme, Guy Turcotte a confirmé avoir l'intention de faire du bénévolat et d'agir comme aidant naturel si le tribunal lui permet de quitter la prison.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Affaire Guy Turcotte

Actualité

Affaire Guy Turcotte

L'ex-cardiologue Guy Turcotte est accusé de la mort de ses enfants, Olivier, cinq ans, et Anne-Sophie, trois ans. »

Guy Turcotte peut reprendre sa liberté provisoire en attendant de subir son second procès pour le meurtre de ses deux enfants en 2009. Un public bien informé des faits et du droit ne perdrait pas confiance dans l'administration de la justice, a signalé le juge André Vincent, en rendant sa décision.

Cette liberté sera encadrée par des conditions, dont un couvre-feu, de 18 h à 6 h le matin. M. Turcotte devra résider chez son oncle et sa tante, auprès de qui il compte agir comme aidant naturel. C'est là qu'il avait habité, en 2013, avant que la Cour d'appel n'ordonne qu'il subisse un nouveau procès.

À son arrivée dans la salle d'audience, vendredi matin, M. Turcotte avait la tête basse, et semblait résigné. Il s'est assis entre les deux gardes, et a écouté le juge Vincent lire son jugement, qui fait une vingtaine de pages. Vers la fin, il semblait évident que le juge allait libérer M. Turcotte. Peu démonstratif, l'ex-cardiologue a accueilli la décision sans manifester quoi que ce soit, mais il semblait soulagé. Patrick Gaston, frère d'Isabelle Gaston est sorti en furie de la salle d'audience.

Dans sa décision, le juge Vincent signale qu'il n'est pas insensible à la forte médiatisation qui a entouré et entoure encore cette affaire, mais il insiste sur la règle de droit.  

«Malgré l'indignation publique face à l'incompréhension des gestes posés, la règle de droit se doit de continuer à s'appliquer, telle est la garantie que nous donne une société libre et démocratique», a-t-il dit.

Le juge relève que les moyens de défense de Guy Turcotte ne sont pas futiles et que le procès n'aura lieu que dans un an. Il n'a pas d'antécédents judiciaires, et a respecté les conditions de libération conditionnelle que lui avait imposé la commission d'examen des troubles mentaux. Le juge a aussi signalé qu'actuellement, il est confiné dans sa cellule 20 h sur 24, et qu'il a été harcelé par des codétenus.

La Couronne craignait que M. Turcotte ne se représente pas à son procès, voire même qu'il s'enlève la vie. Me René Verret avait aussi soulevé la dangerosité de M. Turcotte. Le juge Vincent n'est pas du même avis. Il a considéré que M. Turcotte a rencontré son fardeau à ce sujet.

                               

Le procureur de la Couronne René Verret paraissait déçu en sortant de la salle d'audience, mais il a indiqué qu'il portait un grand respect à l'égard de la décision du juge Vincent. Une décision motivée, qui fait une revue exhaustive du droit, a-t-il précisé. Il n'a pas écarté la possibilité d'en appeler, mais n'a pas voulu se prononcer.

Isabelle Gaston, ex-conjointe de M. Turcotte, n'était pas présente au palais de justice. Sa mère y était cependant, ainsi que son frère, Patrick, comme mentionné plus haut.

«Je n'en reviens pas, je n'en reviendrai jamais. Il va perdre son temps, il n'a aucun remords. Il se soucie de son bien-être, et nous on a un sentiment d'insécurité», rageait M. Gaston.

Pour Michel Surprenant, dont la fille Julie a été assassinée en 1999, «ça n'a pas de sens, c'est la continuité du dérapage du verdict.»




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer