• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Débat des candidats à Québec: le «troisième lien» vole la vedette 

Débat des candidats à Québec: le «troisième lien» vole la vedette

Régis Labeaume, chef d'Équipe Labeaume, Anne Guérette, chef... (PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL)

Agrandir

Régis Labeaume, chef d'Équipe Labeaume, Anne Guérette, chef de Démocratie Québec, et Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, ont croisé le fer lors d'un débat télévisé hier soir.

PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL

(Québec) Le premier débat des candidats à la mairie de Québec s'est transformé hier soir en affrontement sur la pertinence d'un troisième lien routier entre la capitale et sa rive sud.

Anne Guérette, chef de Démocratie Québec... (Photo Yan Doublet, Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Anne Guérette, chef de Démocratie Québec

Photo Yan Doublet, Le Soleil

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21... (Photo Yan Doublet, Le Soleil) - image 1.1

Agrandir

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

Photo Yan Doublet, Le Soleil

Ce projet hypothétique, qui relève du gouvernement provincial, a monopolisé le débat présenté sur les ondes de Radio-Canada. Le candidat Jean-François Gosselin a martelé que l'élection du 5 novembre était « un référendum » sur la question.

« Un vote pour Anne Guérette, c'est un vote pour le tramway, un vote pour Régis Labeaume, c'est un vote pour le SRB, un vote pour Jean-François Gosselin, c'est un vote pour le troisième lien à l'est », a lancé d'emblée le candidat de Québec 21.

L'ancien député adéquiste, très agressif envers M. Labeaume, a parlé du troisième lien dans les trois segments du débat : mobilité, développement économique et qualité de vie.

Quand on lui a demandé quel était son projet en matière culturelle, M. Gosselin a répondu : « Je veux que le troisième lien devienne un attrait touristique du patrimoine du XXIe siècle. »

Jusqu'à 4 milliards

Le gouvernement Couillard a annoncé en février dernier la création d'un bureau de projet pour étudier la pertinence et la faisabilité d'un nouveau lien traversant le fleuve Saint-Laurent. Il pourrait s'agir d'un pont ou d'un tunnel qui coûterait jusqu'à 4 milliards de dollars.

Régis Labeaume, qui tente de se faire élire pour la quatrième fois, s'est défendu d'être contre le projet. Mais il a rappelé qu'il voulait aussi doter Québec d'un système de transport collectif structurant, ce à quoi s'oppose M. Gosselin.

« Ottawa a 20 milliards à investir dans les transports en commun, et dans quelques années, cet argent ne sera plus là », a répondu Régis Labeaume, qui juge qu'il faudrait « être fou » pour cracher sur ces sommes.

Régis Labeaume a dit être en faveur d'un troisième lien, à condition que les habitants des arrondissements de l'est de la capitale - Beauport et Charlesbourg - n'écopent pas.

« On est pour, mais il faut les garanties que les gens de Charlesbourg et Beauport ne seront pas pris avec plus de trafic », a expliqué celui qui craint qu'un nouveau lien dans l'Est alourdisse la circulation en ajoutant des milliers de voitures venues de la rive sud.

La chef de Démocratie Québec a quant à elle fait valoir son projet de tramway. « Un tramway sur le circuit le plus achalandé entre Sainte-Foy et la colline Parlementaire : c'est le projet qu'il faut à Québec », a noté Anne Guérette, qui estime que le troisième lien n'est pas une priorité.

MM. Gosselin et Labeaume ont tous deux rejeté la proposition de la chef de l'opposition. Selon M. Labeaume, ce tramway ne réglerait rien aux problèmes de congestion dans les banlieues est et nord.

« Le tramway, c'est juste pour les gens de la Haute-Ville. Qu'est-ce que les gens de la banlieue vont gagner ? », a demandé M. Gosselin.

Un repas au Normandin

Le débat d'hier, organisé par Radio-Canada, a parfois eu l'air d'une passe d'armes à deux. Les échanges entre Régis Labeaume et Jean-François Gosselin ont pris beaucoup de place.

Le chef de Québec 21 a même tenté hier de se présenter comme l'unique option pour défaire le candidat Labeaume. « Il y a un vent de changement à Québec, vous allez avoir des surprises le 5 novembre. On le voit dans le porte-à-porte », a assuré M. Gosselin.

Celui-ci s'est parfois montré insistant envers le maire et a dû être ramené à l'ordre par l'animateur Bruno Savard. « Il était agressif, les yeux sortaient », a noté Régis Labeaume lors d'une mêlée de presse après le débat.

Son rival a accusé le maire sortant d'avoir menti aux citoyens, en disant sur la place publique, en début de campagne, qu'il ne connaissait pas Jean-François Gosselin. Or, selon ce dernier, les deux s'étaient rencontrés en 2007 ou 2008 alors qu'il était député de Jean-Lesage.

« Vous dites que vous ne me connaissez pas, on a mangé au Normandin ensemble quand j'étais député ! Dites la vérité aux citoyens ! »

« M. Gosselin, si vous le dites, je vous crois », a simplement répondu Régis Labeaume, d'un calme inhabituel tout au long du débat.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer