Cannabis: 65% des Québécois pour une société d'État

De la marijuana offerte dans une boutique à... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

De la marijuana offerte dans une boutique à Eugene, en Oregon.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors qu'ils se montrent divisés par rapport à l'idée même de légaliser la marijuana, une majorité de Québécois estime que le cannabis devrait être vendu dans des boutiques gérées par le gouvernement plutôt que par le privé, révèle un sondage mené pour l'Association pour la santé publique du Québec.

Réalisé par la firme Léger auprès de 1008 répondants, le sondage suggère que moins de la moitié des Québécois - 44% au total - est favorable à la légalisation. Malgré tout, 65% des Québécois croient que le cannabis doit être vendu dans des boutiques gérées par l'État.

Le gouvernement Couillard, qui se montrait avant la rentrée parlementaire peu enclin à créer un réseau de vente étatique, semble maintenant se rallier à cette idée. «Tous les experts en santé publique qui sont allés donner leur opinion aux audiences publiques sur l'encadrement du cannabis se sont prononcés en faveur d'un modèle étatique. Il y a un consensus sur la question», affirme Émilie Dansereau-Trahan, porte-parole de l'Association pour la santé publique du Québec.

75% pour des boutiques spécialisées

Parmi les répondants, 75% estiment que les Québécois devraient pouvoir acheter du cannabis dans des boutiques spécialisées qui ne vendent rien d'autre que de la marijuana. Seuls 40% des répondants croient, au contraire, que la vente devrait se faire dans les succursales normales de la Société des alcools du Québec (SAQ), alors que la vente dans les pharmacies obtient 55% d'approbation.

«Cela démontre que les pharmaciens sont une figure rassurante pour la population», croit Mme Dansereau-Trahan.

La CSN, qui représente les 5000 employés de la SAQ, se dit «confortée» par ces résultats. «Notre position, c'est que la vente du cannabis doit être prise en charge par l'État et que les profits doivent être réinvestis dans la prévention. Est-ce que ça doit être vendu à côté des bouteilles de vin, dans des boutiques spécialisées ou ailleurs? On va laisser les politiciens et les experts le décider», a commenté le président de la centrale syndicale, Jacques Létourneau.

Non à la vente en ligne

Le sondage démontre un très faible appui pour la vente par internet. Seuls 17% des répondants sont favorables à cette idée. La position du gouvernement québécois reste nébuleuse sur la question de la vente en ligne. En Ontario, le gouvernement de Kathleen Wynne a décidé de l'autoriser, mais par l'entremise d'un site transactionnel contrôlé par l'État.

Lors de la présentation du projet de loi légalisant le cannabis, le premier ministre Trudeau avait averti les provinces qui refuseraient de créer un modèle de vente au détail de cannabis que la vente en ligne serait permise pour contourner ce refus.

Les femmes plus frileuses

Les Québécois demeurent divisés sur la question de la légalisation. Alors que 47% des hommes y sont défavorables, le taux de désapprobation grimpe à 57% chez les femmes. Le tiers des femmes se sont même dites «tout à fait défavorables» à la légalisation.

«L'hypothèse, c'est qu'encore aujourd'hui, ce sont les femmes qui s'occupent beaucoup des jeunes. Ce résultat témoigne de leur inquiétude», croit Mme Dansereau-Trahan.

Le niveau de désapprobation est aussi plus élevé dans la région métropolitaine de Québec, où 60% des répondants se sont déclarés défavorables, alors que ce résultat atteint 47% dans la grande région montréalaise.

La légalisation perd un peu de sa popularité

Somme toute, le coup de sonde de Léger donne des résultats assez comparables aux autres sondages menés au cours des derniers mois.

Un sondage CROP fait en mai pour Radio-Canada suggérait que 41% des Québécois étaient favorables à la légalisation; cette proportion est de 44% dans le présent sondage.

En mai 2016, un sondage Léger Le Devoir montrait par ailleurs que 66% des 18-24 ans étaient favorables à la légalisation, une proportion qui a chuté à 62% dans le présent sondage.

La baisse est encore plus marquée chez les 65 ans et plus, pour qui le taux d'approbation est passé de 43 à 34%.

La CAQ et le PQ réagissent

Le gouvernement libéral n'a pas réagi aux résultats du sondage. La Coalition avenir Québec (CAQ) affirme pour sa part que les résultats sont «en communion de pensée» avec les positions prises par le parti. La CAQ souhaite que les points de vente soient contrôlés par l'État, mais indépendants de la SAQ. «On demande aussi que l'âge légal soit de 21 ans plutôt que 18 ans», souligne le député Simon Jolin-Barrette.

Pour le député péquiste Sylvain Pagé, le sondage démontre que «l'aspect le plus important pour les Québécois, le principe qui doit guider nos choix, c'est la protection de la santé publique». «Ce qu'on a recommandé au gouvernement, c'est la création d'un réseau de vente public qui ne soit pas soumis aux obligations de rendement, comme l'est la SAQ, et qui ne relève pas du ministère des Finances», plaide le député du Parti québécois (PQ).

* Notes méthodologiques : Le sondage a été réalisé entre le 25 et le 28 septembre, auprès d'un panel internet dont les répondants se trouvent partout au Québec. Les résultats finaux ont été pondérés en fonction du plus récent recensement. Selon Léger, ces résultats se comparent à ceux d'un échantillon probabiliste de 1008 répondants qui aurait une marge d'erreur de 3% dans 19 cas sur 20.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer