• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Manifestations à Québec: Des «antifas» justifient la violence contre l'extrême droite 

Manifestations à Québec: Des «antifas» justifient la violence contre l'extrême droite

Des membres de la Ligue anti-fasciste et anti-raciste... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Des membres de la Ligue anti-fasciste et anti-raciste de Québec se trouvaient à la manifestation de dimanche visant à s'opposer à La Meute. La photo est tirée de la page Facebook de la Ligue.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Il est légitime de « s'en prendre physiquement à des membres dangereux de La Meute ou des membres d'Atalante » parce qu'ils représentent une menace pour les minorités ethniques, estime la Ligue anti-fasciste et anti-raciste de Québec, qui a participé à la manifestation de dimanche. Ce groupe créé le printemps dernier veut « mettre fin au règne de l'extrême droite » dans la capitale.

la Ligue anti-fasciste et anti-raciste de Québec juge «inutile»... (Photo Caroline Grégoire, Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

la Ligue anti-fasciste et anti-raciste de Québec juge «inutile» et «contre-productif» de faire de la «destruction de propriété».

Photo Caroline Grégoire, Le Soleil

Certains membres de la Ligue étaient cagoulés, dimanche, afin de ne pas être identifiés par « les groupes d'extrême droite » et donc « se protéger des représailles violentes », a soutenu l'un de ses représentants, hier. Il a refusé toute rencontre avec La Presse, se contentant d'un entretien téléphonique de façon anonyme. L'entrevue a été réalisée après trois jours d'échanges par courriel et via Facebook. Ce représentant dit ne pas être associé à Jaggi Singh ni aux militants du Black Bloc que l'on a vus à la manifestation.

La Ligue « dénonce les dérapages » de dimanche et soutient que ses membres n'en sont pas responsables. « Il y a deux de nos membres, dont moi, qui ont aidé à soigner l'homme qui a été frappé » et blessé au visage devant la porte Saint-Louis alors qu'il n'avait rien à voir avec La Meute, a dit son représentant.

C'était tout aussi « inutile » et « contre-productif » de faire de la « destruction de propriété », selon lui.

En revanche, « on ne condamne pas la violence complètement », a-t-il affirmé. 

« S'en prendre physiquement à des membres dangereux de La Meute ou des membres d'Atalante, c'est acceptable », explique-t-il.

Atalante est un « mouvement néofasciste » qui a « prouvé par son membership et ses actions qu'il [était] violent envers des communautés et des membres du mouvement antifasciste ». « On ne les arrête pas avec des câlins ! », a-t-il ajouté. Le recours à la violence, « c'est la seule solution ». Il y voit une forme de « légitime défense ».

«Un groupe dangereux»

Quant à La Meute, la Ligue cible certains de ses membres, les « dangereux », mais pas les « matantes et mononcles racistes » qui représentent une moindre menace, selon elle. « La Meute a souvent menacé de frapper et de tabasser des membres de communautés minoritaires ainsi que des opposants politiques. Malgré la vague médiatique positive sur laquelle elle surfe en ce moment, à cause de la manipulation médiatique des dérapages de dimanche, La Meute est un groupe dangereux, qui doit être géré en conséquence », a expliqué la Ligue par courriel.

Son « mot d'ordre » pour « agir contre ces groupes d'extrême droite » se résume ainsi : « De n'importe quelle manière possible », et « tout ce qui est nécessaire, en notre pouvoir ».

Toujours selon son représentant, la Ligue a deux « volets d'action ». Le premier consiste en des « actions directes » qui « peuvent tourner violentes par rapport au fascisme ».

« L'autre front, c'est plus de l'éducation populaire. On le sait, ce n'est pas en tapant sur la gueule du monde que tu vas régler le racisme. Le racisme, c'est une attitude mentale qui se développe à travers le temps chez le monde. Ça n'est juste pas la même technique [que La Ligue doit utiliser] pour l'éradiquer de la ville de Québec. »

« Le fascisme, c'est autre chose. Ça cherche à exterminer une frange de la culture du monde. Il faut que ce soit géré avec un certain niveau de violence. »

Dimanche, des manifestants ont jeté de l'encre noire au visage ou aux bras de personnes soupçonnées d'être « racistes ». La Ligue appelle ses sympathisants à « dénoncer ces personnes marquées », à faire circuler leur nom et à parler à leur employeur. « Si des gens veulent être intolérants, ceux-ci vont en subir les conséquences dans toutes les sphères de leur vie », peut-on lire sur sa page Facebook.

La Ligue a l'intention de « bloquer Atalante et La Meute partout où elles vont être à Québec ». « Le mot d'ordre à la prochaine manifestation, ce sera : pas de confrontation. S'il y a de la violence, on va essayer que ça vienne de leur part en premier. Parce que c'est bon pour nous médiatiquement. Et on a perdu médiatiquement à la dernière manifestation », dimanche, a dit son représentant.

La Ligue refuse de divulguer le nom de ses fondateurs et le nombre de ses membres. Mais le groupe semble de taille modeste. « Elle n'est pas politique. On ne va pas se rallier à aucun courant de la gauche, et définitivement pas de la droite. On ne va pas se dire anarchistes ou communistes. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer