• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Une plaque du président sudiste Jefferson Davis retirée à Montréal 

Une plaque du président sudiste Jefferson Davis retirée à Montréal

La plaque se retrouvait sur un édifice de... (Photo tirée de Twitter)

Agrandir

La plaque se retrouvait sur un édifice de la Compagnie de la Baie d'Hudson au centre-ville de Montréal.

Photo tirée de Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne
Montréal

Une plaque commémorative de l'ancien président sudiste Jefferson Davis a été retirée d'un édifice de la Compagnie de la Baie d'Hudson au centre-ville de Montréal.

Une porte-parole, Tiffany Bourré, a confirmé dans un courriel transmis à La Presse Canadienne que l'entreprise avait retiré la plaque mardi soir. Elle était posée sur un édifice de la Baie d'Hudson, sur l'avenue Union, près du square Phillips.

L'artefact rendait hommage à Jefferson Davis, le président des États confédérés du sud des États-Unis pendant la guerre civile. Personnage controversé, sa statue avait été enlevée de la place publique à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, au mois de mai.

Sur la plaque à Montréal, il était écrit que Jefferson Davis avait été logé en 1867 au domicile de John Lovell, un homme d'affaires de Montréal d'origine irlandaise qui vivait jadis dans le bâtiment de la Baie d'Hudson.

Le monument avait été érigé en 1957 par la United Daughters of the Confederacy - une association de femmes du Sud dont l'objectif était de rendre hommage aux soldats de l'armée des États confédérés.

Mme Bourré n'a pas répondu aux nombreuses questions de La Presse Canadienne sur les raisons d'une telle décision. Mais plusieurs citoyens faisaient pression pour que la plaque soit retirée après qu'un rassemblement suprémaciste eut dégénéré en Virginie la fin de semaine dernière. Une voiture a foncé dans une foule de manifestants antiracistes, causant la mort d'une jeune femme de 32 ans.

Des internautes québécois avaient notamment demandé au maire de Montréal, Denis Coderre, d'intervenir.

À la Ville de Montréal, on a toutefois rappelé que la plaque était posée sur un édifice appartenant à une entreprise privée, et que la municipalité ne pouvait donc rien faire.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer