• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Malgré une météo capricieuse, la ministre du Tourisme reste sereine 

Malgré une météo capricieuse, la ministre du Tourisme reste sereine

En 2017,«la belle température n'est pas au rendez-vous... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

En 2017,«la belle température n'est pas au rendez-vous comme l'année dernière», mais la ministre s'est empressée d'ajouter «que les organisateurs d'événements connaissent ça et qu'ils ont donc des plans B» pour composer avec cet irritant.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

En dépit des conditions météorologiques en dents de scie, la ministre provinciale du Tourisme, Julie Boulet, n'est guère inquiète lorsqu'elle songe aux résultats qu'enregistreront les organisateurs d'événements au terme de la présente saison estivale.

En entrevue avec La Presse canadienne, Mme Boulet a rappelé qu'en 2016, la saison chaude avait été «extraordinaire» pour toute une panoplie de raisons incluant «le prix généralement avantageux du carburant, la faiblesse du dollar canadien» et bien sûr la généreuse présence du soleil.

Elle a poursuivi en disant qu'il est évident qu'en 2017,«la belle température n'est pas au rendez-vous comme l'année dernière», mais elle s'est empressée d'ajouter «que les organisateurs d'événements connaissent ça et qu'ils ont donc des plans B» pour composer avec cet irritant.

Vu l'ingéniosité dont ils savent faire preuve, «les projections pour 2017, 2018 et 2019 demeurent à la hausse», d'après la ministre.

Ces prévisions optimistes n'étonnent pas Julie Boulet puisque, selon elle, «il y a actuellement une effervescence dans le monde du tourisme au Québec».

De plus, à son avis, la province dispose désormais d'une «image de marque» sur la scène internationale tout comme ses habitants.

«Les Québécois sont perçus comme étant des gens accueillants et festifs qui ont la grande qualité de pouvoir faire des événements de prestige», a-t-elle déclaré, enthousiaste.

Elle a également souligné que s'ils peuvent y arriver, c'est notamment parce que le gouvernement provincial a décidé de revoir le financement offert au secteur touristique.

Comme elle était de passage à Rouyn-Noranda au moment où elle a été jointe par La Presse canadienne, Mme Boulet a cité en exemple l'Abitibi-Témiscamingue.

Elle a mentionné que, dans cette région seulement, son ministère a accordé, cette année, une somme de 488 000 $ à une dizaine d'événements.

Julie Boulet a fait valoir qu'en 2016, le montant promis avait plutôt été de 222 500 $ et que trois initiatives de moins avaient alors été soutenues.

Mme Boulet a indiqué qu'une telle bonification était primordiale à ses yeux, et ce, pour deux raisons principales.

«En région, les événements, comme les festivals, sont des vitrines économiques importantes. De plus, c'est plus difficile d'aller y chercher des commanditaires», a-t-elle expliqué.

Dans les circonstances, la ministre aimerait que le gouvernement fédéral fasse davantage son bout de chemin et qu'il «contribue davantage» au financement des diverses manifestations touristiques présentées dans la province.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer