• Accueil > 
  • Actualités 
  • > MacronLeaks: Éric Duhaime impliqué, puis disculpé, par un militant américain 

MacronLeaks: Éric Duhaime impliqué, puis disculpé, par un militant américain

Éric Duhaime... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Éric Duhaime

Photo André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Éric Duhaime a-t-il été impliqué dans la diffusion des MacronLeaks ? Tout à fait, affirme le personnage central de cette controverse internationale, qui a même attribué un rôle « déterminant » à l'animateur québécois... avant de se raviser quelques heures plus tard. Explications.

Vendredi soir dernier, les médias du monde entier avaient les yeux tournés vers Jack Posobiec, premier internaute à diffuser les MacronLeaks, ces courriels de la campagne d'Emmanuel Macron qui auraient fait l'objet d'une fuite dans la foulée d'un piratage russe. 

Or, dans une entrevue avec La Presse, M. Posobiec a déclaré qu'Éric Duhaime avait joué un rôle « déterminant » [Duhaime was instrumental] dans l'opération : c'est lui qui lui faisait la traduction en direct au paroxysme de la crise, puisque M. Posobiec ne maîtrise pas le français.

M. Duhaime a toutefois nié cette affirmation en bloc.

M. Posobiec, correspondant à Washington pour le site canadien The Rebel, est rapidement devenu le visage de cette controverse internationale. Des médias français et américains lui ont consacré des articles - Le Monde l'a décrit comme une « personnalité trouble et populaire de l'extrême droite américaine ». Le jeune homme a émis l'hypothèse qu'Emmanuel Macron était « gavé de drogues » par « les élites » afin de contrôler son esprit, allégation formulée au cours d'une entrevue avec le média conspirationniste Info Wars.

M. Duhaime, lui aussi collaborateur au Rebel, est demeuré discret sur son rôle dans cette affaire.

Et pourtant. « Duhaime a joué un rôle déterminant en aidant à traduire les documents », a indiqué Jack Posobiec hier dans une entrevue menée par écrit avec La Presse. « Il est un héros du quatrième pouvoir. »

Il a ajouté qu'Éric Duhaime et lui continuaient à creuser parmi les milliers de courriels ayant fait l'objet d'une fuite. « Nous avons été capables de n'en analyser qu'une petite partie vendredi. Notre enquête sur ces documents se poursuit », a assuré M. Posobiec.

CHANGEMENT DE VERSION

Deux heures après son échange avec La Presse, M. Posobiec a recontacté La Presse pour changer sa version des faits du tout au tout. « Ce que je vous ai écrit aujourd'hui était faux. Éric n'a jamais traduit de documents pour moi. Il n'a pas joué de rôle de premier plan dans la diffusion des MacronLeaks », a-t-il affirmé, après avoir parlé à « Ezra [Levant, patron de The Rebel] qui a parlé à Éric Duhaime ».

La première réponse de Jack Posobiec aux questions de... (CAPTURE D’ÉCRAN) - image 2.0

Agrandir

La première réponse de Jack Posobiec aux questions de La Presse au sujet d'une possible implication d'Éric Duhaime dans les MacronLeaks. Message envoyé à 16h48.

CAPTURE D’ÉCRAN

La rétractation de Jack Posobiec. Message envoyé à 19h.... (CAPTURE D’ÉCRAN) - image 2.1

Agrandir

La rétractation de Jack Posobiec. Message envoyé à 19h.

CAPTURE D’ÉCRAN

Il a ajouté avoir plutôt reçu de l'aide d'un internaute torontois qui parlait français.

L'avant-veille, le site BuzzFeed publiait un article contenant les propos suivants de Jack Posobiec : « Je ne parle pas français. Mais ce qui est bien avec Rebel Media, c'est que comme nous sommes basés au Canada (même si je ne suis pas moi-même au Canada), nous avons des gens au Québec qui parlent français. [...] Je leur écrivais avec quelque chose et ils me répondaient en disant : "Ça veut dire ceci." »

Le nom de M. Duhaime n'est pas cité dans cet article.

Il est le seul à publier du contenu en français sur les sites du Rebel.

Après trois jours sans donner suite aux appels et aux messages de La Presse, M. Duhaime a réagi hier soir par courriel, dans l'heure qui a suivi la rétractation de M. Posobiec. « Je n'ai JAMAIS joué un "rôle déterminant" dans cette histoire. Je n'ai JAMAIS traduit de document pour qui que ce soit. Tout ce que je pense et tout ce que j'avais à dire à ce sujet, je l'ai dit publiquement », a-t-il écrit. Il n'a pas rappelé La Presse.

Quatre minutes plus tard, Ezra Levant envoyait à La Presse un courriel intitulé « URGENT » : « Je crois que Jack vous "trollait" [vous menait en bateau], ce qui fait partie de sa personnalité, mais dans ce cas, Jack a malheureusement utilisé Éric comme accessoire. Ce n'était pas vrai. »

UN PIRATAGE « MASSIF »

The Rebel est qualifié de « média d'extrême droite » par le New York Times.

Éric Duhaime apparaît dans deux vidéos mises en ligne par le média samedi dernier et dans lesquelles il affirme avoir trouvé un « document inquiétant » et « le plan Macron pour un islam de France » dans les MacronLeaks. « Il faut faire excessivement attention pour valider l'authenticité des documents et ce n'est pas toujours une mince tâche », ajoute-t-il dans la première des deux vidéos.

C'est vendredi soir que le scandale des MacronLeaks a éclaté au grand jour : des milliers et des milliers de courriels de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron déversés sur l'internet après avoir été piratés.

Dans sa première entrevue avec La Presse, Jack Posobiec dit avoir trouvé les fichiers en question sur le site 4Chan, forum de discussion anonyme. « Ils n'étaient pas cachés », dit-il. Il est le tout premier à les avoir relayés.

Depuis, le New York Times a révélé que l'équipe informatique d'Emmanuel Macron avait utilisé une tactique inusitée pour déjouer les pirates informatiques : leurs serveurs étaient remplis de documents factices afin de noyer les documents réels.

L'équipe de campagne de Macron a porté plainte pour piratage informatique « massif ». Les autorités américaines du renseignement montrent du doigt la Russie ou des ressortissants russes dans ce dossier, selon les médias américains.

Les MacronLeaks de jour en jour

VENDREDI 5 MAI

Jack Posobiec, polémiste employé par le site canadien The Rebel, est le premier à attirer l'attention des internautes sur un immense fichier qui contiendrait des dizaines de milliers de courriels de la campagne d'Emmanuel Macron. La campagne affirme rapidement avoir été victime d'un piratage « massif » et porte plainte.

SAMEDI 6 MAI

À minuit, heure de Paris, soit quelques minutes seulement après le premier tweet de M. Posobiec, la France entre en « période de réserve » : les candidats ne peuvent plus s'exprimer. La Commission électorale française recommande aux médias d'éviter aussi d'évoquer les MacronLeaks. Jack Posobiec continue d'écumer les fichiers et d'en publier des extraits.

DIMANCHE 7 MAI

Emmanuel Macron est élu président de la République.

MARDI 9 MAI

La Presse contacte Éric Duhaime pour la première fois afin de discuter des MacronLeaks. Le même jour, le New York Times révèle qu'une grande partie des fichiers piratés étaient des faux volontairement placés par l'équipe Macron pour brouiller les pistes.

JEUDI 11 MAI

À 16 h 48, Jack Posobiec affirme que M. Duhaime a joué « un rôle déterminant » dans la diffusion des MacronLeaks. À 19 h, après une discussion avec son patron, il se rétracte. À 19 h 28, Éric Duhaime répond à La Presse pour la première fois et nie toute implication. À 19 h 32, son patron Ezra Levant nie aussi.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer