Une «fausse bombe» fait perdre un contrat militaire

Le Thunder 2 est l'un des véhicules blindés... (Photo fournie par le Groupe Cambli)

Agrandir

Le Thunder 2 est l'un des véhicules blindés construits par le Groupe Cambli. Il n'a toutefois pas été possible de savoir si c'est le modèle qui intéressait les Koweïtiens.

Photo fournie par le Groupe Cambli

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'explosion d'une « bombe artisanale » pendant une visite d'officiers de haut rang koweïtiens dans une usine de Saint-Jean-sur-Richelieu a coûté un juteux contrat à un constructeur de véhicules blindés, a appris La Presse.

Le Groupe Cambli est spécialisé dans la construction de... (PHOTO Martin Chamberland, Archives LA PRESSE-) - image 1.0

Agrandir

Le Groupe Cambli est spécialisé dans la construction de véhicules pour le domaine de la sécurité et militaire.

PHOTO Martin Chamberland, Archives LA PRESSE-

Groupe Cambli blâme un employé pour avoir effarouché le général de la garde nationale du Koweït et son entourage en faisant exploser une bouteille de plastique dans leurs installations de la rue Saint-Louis, le 27 octobre dernier.

L'ouvrier Raymond Cyr, qui a été rapidement congédié, s'est défendu en expliquant qu'il voulait simplement faire une blague.

Au centre du conflit : un contrat « sur le point d'être signé » pour la construction « d'une soixantaine à une centaine de camions blindés » destinés aux militaires koweitiens, a expliqué l'entreprise. Une transaction de plusieurs millions de dollars qui aurait entraîné la création de 50 emplois à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Mais tout a chaviré lorsque Raymond Cyr a fait éclater une bouteille de plastique scellée en y injectant de l'air comprimé, en pleine visite de la délégation koweïtienne. Une « joke de shop » traditionnelle et sans malice, a-t-il fait valoir.

LA « MAIN SUR LEUR ARME À FEU »

La déflagration a été puissante. « POW ! », ont décrit des témoins. « BOOM ! », a rapporté un autre. La patronne de Groupe Cambli a cru qu'il y « avait eu mort d'homme ».

Juste après l'explosion, « les membres de la délégation se regroupent afin de protéger en particulier le plus haut gradé », un général, selon la version des faits retenue par l'arbitre du travail qui vient de confirmer le congédiement de Raymond Cyr. « Certains placent même leur main sur leur arme à feu, afin de pouvoir réagir. »

M. Cyr et son syndicat contestaient le lien entre l'événement et la perte du contrat. Mais ce lien « apparaît manifeste » à l'arbitre du travail Maureen Flynn, qui a rendu sa décision la semaine dernière. « La preuve est éloquente, convergente et convaincante. » 

Les Koweïtiens ont dû croire à la présence « d'une bombe » et que celle-ci explosait en raison de « leur présence dans l'usine », écrit l'arbitre du travail Maureen Flynn.

« Il est aussi évident qu'un acheteur de produit militaire s'attend à ce que l'usine à laquelle il confiera un tel contrat d'importance respecte les plus hauts standards », a ajouté l'arbitre Flynn.

Les patrons de Groupe Cambli ont affirmé ne plus avoir de nouvelles des Koweitiens depuis la journée du 27 octobre. Leur plan de pénétration du marché moyen-oriental, qui aurait coûté quelque 200 000 $ en démarchage et en adaptation des véhicules au climat local, serait tombé à l'eau.

LIEN DE CONFIANCE ROMPU

L'entreprise était persuadée que Raymond Cyr avait agi afin de « déstabiliser ou intimider la délégation ». Il avait déjà eu des mésententes avec son employeur et avait contribué à syndiquer l'usine en 2015.

Le syndicat, justement, plaidait que M. Cyr avait simplement fait sa blague « au mauvais moment au cours de la journée » et demandait la transformation du congédiement en « suspension sévère ».

Mais « faire éclater une "fausse bombe" le jour où une délégation importante est attendue rélève à tout le moins un manque de jugement flagrant qui dépasse la simple insouciance », a conclu Maureen Flynn. « Certes, la preuve ne permet pas de déduire d'intentions malveillantes précises, mais cela ne veut pas dire qu'il ne subsiste pas un certain doute. »

Le lien de confiance entre employé et employeur est irrémédiablement rompu, a-t-elle décidé en approuvant le congédiement.

L'entreprise, qui tire son nom de l'expression « camions blindés » est spécialisée dans la construction de véhicules pour le domaine de la sécurité et du militaire. Elle vend notamment ses produits au géant Garda. 

Dans un texte publié l'automne dernier dans La Presse, sa patronne exposait la percée de son véhicule Thunder 2 - de 300 000 à 750 000 $US pièce, selon les options - au Moyen-Orient. Il n'a pas été possible de savoir si c'est le véhicule qui intéressait les Koweitiens.

Tant Groupe Cambli que le syndicat représentant M. Cyr ont refusé de commenter la décision parce que celle-ci est contestée.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer