• Accueil > 
  • Actualités 
  • > L'imam controversé Hamza Chaoui prêche dans des lieux publics 

L'imam controversé Hamza Chaoui prêche dans des lieux publics

Le controversé imam Hamza Chaoui organise occasionnellement des sorties,... (Photo tirée de l'Internet)

Agrandir

Le controversé imam Hamza Chaoui organise occasionnellement des sorties, destinées aux jeunes hommes, qui mélangent « soccer, rappels religieux, barbecue », selon sa page Facebook.

Photo tirée de l'Internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le controversé imam Hamza Chaoui, au coeur l'an dernier d'un projet avorté de « centre communautaire islamique » destiné aux jeunes Montréalais, offre maintenant ses enseignements religieux dans des lieux publics.

Hamza Chaoui expose que l'islam et la démocratie... (Image tirée d'une vidéo Youtube) - image 1.0

Agrandir

Hamza Chaoui expose que l'islam et la démocratie sont « complètement » incompatibles parce qu'un homosexuel ou un athée peut devenir député.

Image tirée d'une vidéo Youtube

L'homme organise occasionnellement des sorties, destinées aux jeunes hommes, qui mélangent « soccer, rappels religieux, barbecue », selon sa page Facebook. Elles s'ajoutent à ses cours hebdomadaires à la mosquée Sounna, dans Parc-Extension.

La dernière sortie a eu lieu à la fin du mois d'août au parc Jarry. Il en a publié des images sur les réseaux sociaux. On l'y voit s'adressant à un groupe d'une douzaine de jeunes, dont au moins deux enfants.

« Soyez au rendez-vous pour d'autres sorties », a écrit le prêcheur.

Dans un message à La Presse, M. Chaoui a affirmé qu'il « poursui[t] toujours [s]es activités religieuses d'imam et de prédicateur avec les jeunes et avec la communauté en général dans différentes mosquées ». 

« Les sorties ne sont pas un remplacement du centre que nous n'avons pas encore ouvert dans l'Est, a-t-il précisé. Les sorties ne sont pas en collaboration avec une mosquée ou un centre culturel en particulier, c'est une activité indépendante. »

« LA DÉMOCRATIE EST UN SYSTÈME DE MÉCRÉANCE »

Hamza Chaoui expose que l'islam et la démocratie sont « complètement » incompatibles parce qu'un homosexuel ou un athée peut devenir député. « Le vote en islam est haram [un péché] et n'est pas permis », a-t-il dit.

«La démocratie est un système de mécréance et il faut le boycotter.»

Hamza Chaoui

M. Chaoui juge aussi sévèrement le système criminel canadien, qui n'apprendrait pas aux criminels à ne plus recommencer. Dans un prêche prononcé en 2013, il défend notamment l'amputation d'une main devant la foule pour punir les voleurs ainsi que la lapidation pour les époux adultères. Il souligne toutefois que les musulmans d'ici ne devaient pas se faire justice eux-mêmes ou appliquer cette loi au Canada.

Même si le ballon rond est au programme de ses sorties, Hamza Chaoui s'est déjà insurgé contre les Coupes du monde de soccer, où on voit des « joueurs presque nus à la fin du match » et « le stade plein pendant le temps des prières ». Certains jeunes utilisent même leur mémoire pour apprendre des noms de joueurs plutôt que des passages du Coran, avait-il déploré. À la fin du mois de mai, il en a remis une couche en qualifiant le sport de « fléau ».

Au printemps, il a qualifié la laïcité de « cancer » dans les pays arabes.

PROJET AVORTÉ

Au début de 2015, Hamza Chaoui avait fait les manchettes pour un projet de centre destiné aux jeunes musulmans montréalais dans le quartier Mercier. Ils devaient pouvoir s'y regrouper « pour implorer Allah et étudier la science ».

Le projet a rapidement déraillé lorsqu'il a été connu publiquement.

Le maire d'arrondissement Réal Ménard et le maire de Montréal Denis Coderre s'y sont opposés avec véhémence, soulignant même avoir des renseignements qui soulignaient le danger que représentait un tel projet. « Nous avons affaire aujourd'hui à un cas de sécurité publique et d'ordre public », a fait valoir le maire Denis Coderre, qui avait dit avoir parlé avec le grand patron de l'époque du Service de police de la Ville de Montréal à ce sujet.

Hamza Chaoui poursuit actuellement le maire Denis Coderre pour l'avoir qualifié de « fomenteur de tensions sociales » et d'« agent de radicalisation » durant la même conférence de presse.

Il a récemment publié un message dans lequel il promettait de ne pas assouplir ses positions : « Lorsque je constate comment certains prêcheurs ont été et comment ils sont devenus et comment ils ont changé complètement leurs positions et leur façon d'agir et surtout quelques prédicateurs francophones parmi eux, je demande auprès d'Allah de m'affermir sur le chemin droit », a-t-il écrit sur Facebook.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer