Hydro met au rancart des centrales hyper-polluantes

La centrale de Kangiqsualujjuaq.... (Photo fournie par Hydro-Québec)

Agrandir

La centrale de Kangiqsualujjuaq.

Photo fournie par Hydro-Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Québécois ont payé en 2015 près de 200 millions pour alimenter en électricité les quelque 35 000 personnes habitant dans les coins les plus reculés de la province, sans accès au réseau principal d'Hydro-Québec. Afin de réduire les coûts d'une facture qui augmente sans cesse, la société d'État a entrepris de convertir aux énergies vertes ses centrales au diésel. Ce qui, à terme, pourrait réduire du même coup sa principale source d'émissions de gaz à effet de serre.

Christian Awashish en a assez de la centrale au diésel qui alimente en électricité son village. « Il y a beaucoup d'émissions polluantes. C'est cancérigène. C'est bruyant, on entend les moteurs gronder tout le temps. Il y a plein de côtés indésirables », déplore le chef atikamekw d'Opitciwan*, en Haute-Mauricie.

Ce village fait partie de ces communautés trop éloignées du réseau principal d'Hydro-Québec pour y être raccordées. Ses 2000 habitants sont plutôt alimentés en électricité par une centrale au diésel.

La flambée du prix des carburants a toutefois fait grimper en flèche le coût d'exploitation des 22 réseaux autonomes exploités par Hydro-Québec. La facture est passée de 156 millions en 2010 à plus de 230 millions l'an dernier.

Pendant ce temps, les revenus d'abonnements d'Hydro-Québec dans ces réseaux ont progressé de façon beaucoup plus modeste, pour s'établir à 40 millions. Bref, le manque à gagner a dépassé les 190 millions.

Les 35 000 Québécois branchés aux réseaux autonomes paient en effet le même tarif que ceux branchés au réseau principal, soit environ 7,23 cents le kilowatt-heure. Et ce, même si un kilowatt-heure coûte environ 43 cents à produire dans ces centrales, soit 20 fois plus que sur le réseau principal. Le prix du diésel, le transport - et l'entreposage - du carburant vers des régions éloignées accessibles par bateau seulement quelques semaines par année et les difficultés d'entretien contribuent tous à alourdir la note.

« Ça nous coûte plus de 230 millions pour alimenter nos 22 réseaux autonomes. On veut réduire cette somme. Ces coûts, c'est l'ensemble des clients d'Hydro-Québec qui les paient à travers leurs tarifs d'électricité. En réduisant les coûts de production, on va réduire la charge pour les clients sur l'ensemble du territoire. »

- Marc-Antoine Pouliot, porte-parole d'Hydro-Québec

La société d'État a ainsi annoncé dans son récent plan stratégique vouloir entreprendre d'ici 2020 la conversion aux énergies vertes de ses centrales au diésel. « Depuis quelques années, le coût de production des énergies renouvelables a baissé de façon significative. La compétitivité de ces énergies par rapport aux centrales thermiques est plus vraie que jamais », poursuit Marc-Antoine Pouliot.

PRINCIPALE SOURCE DE GES

Les avantages de cette conversion ne sont pas que financiers, mais environnementaux aussi. En réduisant la quantité de diésel consommée, on réduira du même coup considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Même si ces 22 réseaux autonomes produisent à peine 0,2 % de l'électricité de la province, ils émettent pas moins du tiers des GES de la société d'État.

Hydro-Québec n'a pas encore évalué avec précision les économies ou la réduction des GES escomptées, la société d'État disant ne pas vouloir imposer une solution unique. Un appel de propositions sera lancé pour chacun des 22 réseaux d'ici 2020 et laissera le soin aux entreprises de proposer la meilleure technologie pour la région.

Éoliennes, panneaux solaires, hydroliennes, biomasse, géothermie : tout est ouvert. « On ne cible pas une filière en particulier. On vise une réduction des coûts et des GES », résume Marc-Antoine Pouliot.

ÉOLIENNES AUX ÎLES

Le premier projet de conversion devrait voir le jour aux Îles-de-la-Madeleine. Hydro-Québec a annoncé son intention de se doter d'un bloc éolien de six mégawatts. Le projet est toutefois retardé après la découverte sur le site choisi d'une plante menacée, le corème de Conrad. L'appel d'offres qui devait débuter sous peu a été reporté à l'automne 2017, le temps de trouver une solution.

Ce bloc ne couvrant qu'une partie des 67 mégawatts nécessaires pour alimenter les Îles, Hydro-Québec a réactivé en parallèle son projet de relier le secteur au réseau principal par des câbles sous-marins. Cette solution pourrait être choisie si la facture s'avère moins élevée qu'en misant sur d'autres technologies vertes.

OPITCIWAN VEUT MISER SUR LE BOIS

Opitciwan, l'une des communautés autochtones les plus avancées dans sa réflexion, souhaite quant à elle miser sur la biomasse. « Hydro-Québec va chercher la solution la plus économique possible, mais on leur dit qu'on a tout à disposition pour miser sur la biomasse. On est au coeur de la forêt, on a une scierie en place, ça nous permettrait de régler un problème avec les résidus de bois. Pourquoi amener une autre technologie alors que les conditions sociales et environnementales sont réunies ? », demande Christian Awashish.

Hydro-Québec assure que les demandes des communautés seront prises en compte. On prévient toutefois que si les demandes sont trop nombreuses et font trop grimper la facture, le projet pourrait ne pas se réaliser.

Le groupe environnemental Greenpeace émet pour sa part certaines réserves sur l'utilisation de la biomasse. Le groupe estime que cette solution devrait être utilisée à petite échelle. « Il y a des émissions de CO2 et ça va prendre des dizaines d'années avant de les capter. Il y a des alternatives plus intéressantes », estime un porte-parole, Patrick Bonin.

Voyant d'un bon oeil la conversion des centrales au diésel, Greenpeace estime toutefois qu'Hydro-Québec arrive tardivement avec son projet. « Le remplacement des combustibles fossiles est un dossier qui avance très lentement, déplore Patrick Bonin. On est encore aux prototypes, aux intentions, alors qu'il y aurait tellement plus à faire. »

* Graphie privilégiée par M. Awashish pour les noms attikamek et Obedjiwan

EN CHIFFRES

22

Nombre de réseaux autonomes du réseau principal, dont 14 au Nunavik, transférés du fédéral en 1982

77,6

Quantité, en millions de litres de diésel consommé en 2015, pour l'ensemble des réseaux autonomes

2 ¢/kWh

Coût moyen de production d'Hydro-Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer