• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Soulèvement à la prison de Bordeaux en raison de la chaleur 

Soulèvement à la prison de Bordeaux en raison de la chaleur

Quelque 1400 détenus se trouvent à la prison... (PHOTO BERNARD BRAULT, Archives LA PRESSE)

Agrandir

Quelque 1400 détenus se trouvent à la prison de Bordeaux.

PHOTO BERNARD BRAULT, Archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une trentaine de prévenus liés aux gangs de rue se sont soulevés en raison de la canicule hier après-midi dans un secteur de la prison de Bordeaux, causant de nombreux dommages matériels, a appris La Presse. L'Équipe correctionnelle d'intervention d'urgence a dû asperger les émeutiers de gaz poivre à deux reprises pour mater le soulèvement de plusieurs heures.

« On parle de soulèvement d'un secteur, mais pas d'émeute incontrôlée. Ça a été contrôlé par l'Équipe correctionnelle d'intervention. Il y a eu utilisation d'armes intermédiaires pour contrôler le secteur. Les personnes incarcérées ont fait certains bris dans le secteur. On parle de bris de caméras, etc. Ce n'est pas quelque chose qui est exceptionnel dans un établissement carcéral », a expliqué hier soir le président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN) Mathieu Lavoie.

BRIS DE MATÉRIEL

Selon nos informations, le soulèvement a commencé vers 13 h dans le secteur B de l'Établissement de détention de Montréal. De 30 à 35 prévenus en attente de procès se trouvent dans cette aile de la prison centenaire et la plupart d'entre eux sont liés aux gangs de rue. De jeunes prévenus du secteur qui n'étaient pas vêtus convenablement en raison de la chaleur ont refusé de se rhabiller, malgré l'ordre des agents correctionnels.

La colère des prévenus s'est alors déchaînée sur le mobilier de la prison. Un réfrigérateur, des caméras et des lumières auraient été brisés. Les émeutiers auraient ensuite lancé des projectiles en direction des gardiens qui ont immédiatement fermé le secteur.

L'Équipe correctionnelle d'intervention d'urgence - l'équivalent du SWAT en milieu carcéral québécois - a lancé du gaz poivre une première fois sur les prévenus qui refusaient de se rendre. Quand le calme est revenu, les agents correctionnels ont procédé à une fouille générale du secteur. De nombreuses armes artisanales, dont des pics, auraient été retrouvées. Des prévenus ont été transférés dans d'autres prisons ou mis en isolement. Personne n'aurait été blessé.

SURPOPULATION ET LA CHALEUR

Quelques heures plus tard, en début de soirée, certains prévenus se sont à nouveau soulevés, indique une source proche de l'évènement. L'Équipe correctionnelle d'intervention d'urgence a de nouveau utilisé le gaz poivre pour mater la révolte. « On s'attendait à ça. La prison déborde. Avec la canicule, on s'attendait à ce qu'il y ait des tensions », indique notre source.

Sans connaître les causes exactes de ce soulèvement, Mathieu Lavoie montre du doigt la surpopulation et la chaleur intense à la prison de Bordeaux qui « créent davantage de pression ». La Sûreté du Québec n'avait aucune information sur cette affaire hier soir. Il n'a pas été possible de parler avec le ministère de la Sécurité publique en fin de soirée hier.

La prison de Bordeaux est le théâtre d'un deuxième incident violent en une semaine. Un détenu de 46 ans, Michel Barrette, avait été battu à mort mardi dernier par neuf codétenus qui voulaient récupérer 10 grammes de tabac. Ce meurtre s'est produit dans un secteur de sécurité minimale à moyenne de la prison où s'entassent 1400 prisonniers. Aucun suspect n'a été arrêté.

- Avec la collaboration de Daniel Renaud

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer