• Accueil > 
  • Actualités 
  • > MTQ: les extras surtout liés aux quantités de matériaux 
Exclusif

MTQ: les extras surtout liés aux quantités de matériaux

Pour les trois premiers mois de 2016, le... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Pour les trois premiers mois de 2016, le ministère des Transports a déboursé 15,4 millions en supplément des sommes prévues dans les contrats.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même si la voirie est au coeur de la mission du ministère des Transports depuis 1912, planifier les tonnes de gravier ou de bitume nécessaires à la réfection des routes du Québec semble être un casse-tête, car les dépassements de coûts demeurent fréquents. Depuis le début de l'année, 59% de tous les extras autorisés concernent notamment la variation des quantités de matériaux utilisés.

Ces renseignements sont extraits d'une compilation des extras au ministère des Transports (MTQ) obtenue par la Coalition avenir Québec (CAQ). Pour les trois premiers mois de 2016, c'est 15,4 millions que le MTQ a déboursé en supplément des sommes prévues dans les contrats.

Il arrive même que les extras dépassent le coût initial du contrat accordé par le MTQ. Ainsi, dans la région de Rouyn-Noranda, un approvisionnement d'enrobés était prévu au coût de 5000 $. L'entreprise Lamothe, une division de Sintra, qui a reçu le mandat, a facturé un dépassement de coûts de 341 404,43 $.

À Baie-Saint-Paul, Les Entreprises Jacques Dufour & Fils ont obtenu un contrat de 35 000 $ et des extras de 46 814,51 $ justifiés par des «variations de quantité». Pour une raison semblable, le MTQ a autorisé un dépassement de coûts de 66 728,26 $ pour un contrat réalisé à Magog par Pavages Maska dont la valeur était à l'origine de 5000 $.

Du «laxisme», dénonce la CAQ

Pour la CAQ, il s'agit d'une démonstration du «laxisme dans la gestion» du MTQ. Le député Claude Surprenant, porte-parole en matière de transports pour la CAQ, estime que la situation révèle un manque de planification, ce qui entraîne «des contrats mal ficelés».

M. Surprenant donne l'exemple de la «période hivernale» comme justification de dépassements de coûts: «C'est comme si le MTQ était incapable de prendre en compte le fait que l'hiver revient année après année!»

Cette raison a été invoquée pour la construction d'un mur de soutènement dans le projet du complexe Turcot. Un extra de 2,8 millions a été versé à EBC qui avait décroché le contrat de 8,4 millions.

Pour l'année 2015, les données transmises par le MTQ à la CAQ, en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, laissent voir que la tendance des dernières années ne s'estompe pas. Les extras ont totalisé 68,7 millions.

«On est en route pour atteindre les chiffres records des années précédentes. On est surpris et surtout déçus. [...] Il semble qu'il y ait une rigueur que nous demandions qui n'est toujours pas là», estime Claude Surprenant.

Ce dernier indique qu'il entend bien interroger la sous-ministre du MTQ, Dominique Savoie, lors de son passage devant la Commission de l'administration publique prévu cette semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer