• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Québec réclamera des milliers de dollars à des employés 

Québec réclamera des milliers de dollars à des employés

Le gouvernement demandera à des centaines d'employés de rembourser des salaires... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, archives La Presse)

Agrandir

Photo Sarah Mongeau-Birkett, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Le gouvernement demandera à des centaines d'employés de rembourser des salaires versés en trop depuis 2012, des sommes pouvant atteindre 40 000 $ dans certains cas, a appris La Presse Canadienne.

Scandalisés, les syndicats songent déjà à contester en cour cette vaste opération de recouvrement qui pourrait faire mal au portefeuille de leurs membres et à la rétention du personnel dans la fonction publique.

À l'origine de ce différend se trouve une note du Conseil du trésor qui avait été mal interprétée, une directive d'embauche visant à rendre la fonction publique plus attrayante. La Commission de la fonction publique avait ensuite noté dans un rapport que l'application de la directive avait été incorrecte dans au moins 600 dossiers, du personnel recruté entre mai 2012 et mai 2013.

Le Conseil du trésor a fait savoir aux syndicats qu'il allait réclamer les sommes dues, vraisemblablement à compter de novembre. Pas moins de 716 employés devront passer à la caisse, selon les données du gouvernement, tandis que 849 autres verront toutefois leurs salaires augmenter.

Le président du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Richard Perron, estime que c'est «insultant», dans le contexte des négociations déjà ardues avec le gouvernement en vue du renouvellement des conventions collectives.

Pas moins de 175 de ses membres sont touchés par ces réclamations et certains pourraient rembourser jusqu'à 40 000 $. Selon M. Perron, les syndiqués n'ont pas à faire les frais des erreurs de gestionnaires.

«Ce que je dénonce, c'est la stupidité politique du geste de mauvais gestionnaires», a-t-il déclaré dans une entrevue téléphonique jeudi. Des professionnels ont quitté leur emploi pour aller travailler dans la fonction publique sur la base de conditions que l'employeur renie par la suite, a dénoncé le président du SPGQ.

«On lui dit (à l'employé): excuse-moi, ce qu'on t'a promis, on n'aurait pas dû te le promettre. (...) Il y a une violation fondamentale de l'engagement initial de l'employeur, qui contredit le discours du premier ministre, qui veut donner le goût aux jeunes de faire carrière dans la fonction publique.»

Des fonctionnaires qu'on a mis deux ou trois ans à former quitteront pour que d'autres employeurs profitent de leur expertise, a déploré M. Perron. La seule solution acceptable, selon lui, est que le gouvernement admette son erreur et passe l'éponge.

«On ne parle pas de milliards de dollars, ce n'est pas ça qui va jouer dans l'équilibre budgétaire du Québec», a-t-il dit.

M. Perron affirme qu'il a déjà donné des mandats aux procureurs du syndicat en vue d'une contestation judiciaire.

Au Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), environ 450 membres devraient devoir rembourser des sommes allant jusqu'à 20 000 $.

La présidente du SFPQ, Lucie Martineau, a dit être outrée. «C'est un peu baveux» dans le contexte actuel des négociations avec le front commun syndical, a-t-elle dit dans un entretien téléphonique.

Au fond, on a embauché «sous de fausses représentations» des gens qui avaient un autre emploi avant et qui n'auraient pas choisi la fonction publique s'ils avaient su, a-t-elle résumé. Le SFPQ n'écarte aucun recours non plus.

Pour sa part, le Conseil du trésor ne dispose pas d'estimations du total des sommes en jeu. Son président, Martin Coiteux, a demandé aux ministères et organismes d'être conciliants dans leurs mesures de recouvrement.

«Le ministre a demandé de la flexibilité, a fait savoir sa porte-parole, Marie-Ève Labranche, en entrevue téléphonique. Il a demandé aux syndicats de travailler étroitement avec la direction des relations de travail pour atténuer le plus possible l'impact, voir à l'étalement de la période de remboursement, utiliser les banques de vacances et de congés de maladie, par exemple.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer